in

Chine : un second candidat à la greffe de tête !

Crédits : PublicDomainPictures / Pixabay

Un homme chinois de 62 ans, complètement paralysé, est le deuxième candidat prévu pour une transplantation de tête, une opération qui devrait avoir lieu dans la ville de Harbin, dans le nord du pays.

En Chine, de nombreuses personnes désirent une transplantation de tête. C’est le cas de Wang Huanming, un employé d’une société de gaz de 62 ans, qui se trouve être le second candidat à cette difficile opération. L’intéressé a subi un grave traumatisme l’ayant paralysé, suite à une bagarre il y a six ans, et ce dernier veut désormais changer de corps.

Cette opération chirurgicale devrait avoir lieu à Harbin, la ville du chirurgien Ren Xiaoping. Ce dernier a déclaré en début d’année avoir pratiqué ce type d’opération sur un millier de souris de laboratoire depuis 2013 à l’Université médicale de Harbin, tandis que ces dernières sont mortes un jour plus tard. Le chirurgien controversé a également déclaré avoir fait plusieurs expériences nécrosiques, sans toutefois donner plus de détails.

Ren Xiaoping est l’auteur d’un fait bien plus louable, surtout qu’elle fût un succès, à savoir la toute première transplantation de mains de l’histoire, en 1999. Le premier candidat à la greffe de tête n’est autre que Valeri Spiridonov, un informaticien russe de 31 ans atteint de la maladie de Werdnig-Hoffmann, dont la caractéristique principale est la dégénérescence de la moelle épinière entraînant l’atrophie de tous les muscles.

« Je ne sais pas si c’est moral ou immoral, mais il s’agit de la vie humaine. La vie humaine est une valeur principale ce qui est à l’origine de la moralité » déclarait alors Valeri Spiridonov.

Valeri Spiridonov et Wang Huanming, les deux premiers candidats à la transplantation de tête, sont donc toujours en attente de leur opération. En Chine, les expériences médicales douteuses sont populaires, mais dans ce cas précis, les experts du pays émettent de sérieux doutes quant à la démocratisation de la transplantation de tête à l’avenir. Celle-ci devrait rester, selon eux, une pratique plutôt marginale dans le monde médical.

Le journal américain Miami Herald a récemment recueilli les propos de Huang Jiefu, chef du Comité chinois de transplantation des organes humains et ancien vice-ministre de la Santé. Selon lui, « il était impossible de relier les neurones après la déconnexion de la tête de la colonne vertébrale » et que cela est « impossible du point de vue médical ».

Ren Xiaoping, surnommé « le Frankenstein chinois », reconnait le caractère compliqué d’une telle opération, mais devrait vraisemblablement opérer Valeri Spiridonov à la fin de l’année 2017. En revanche, aucune date n’a été annoncée pour le nouveau candidat chinois, Wang Huanming.

Sources : Le TempsSputnikMiami Herald