in

La Chine veut rendre l’une de ses fusées vieillissantes moins toxique

Une Longue Marche 2D lançant le satellite VRSS-1. Crédits : Cristóbal Alvarado Minic

Le principal entrepreneur spatial de Chine prévoit de réorganiser un modèle de fusée Longue Marche très réussi, le 2D, pour s’adapter à la tendance à la réutilisation dans le secteur des lancements.

La fusée longue Marche 2D est un lanceur chinois a deux étages opérant depuis 1992. Elle est principalement utilisée pour le lancement de satellites-espions Fanhui Shi Weixing et autres satellites de reconnaissance. Au cours de sa longue carrière, la fusée de près de vingt-huit mètres de haut n’a essuyé qu’un seul échec (en décembre 2016).

Malgré ce succès, la China Aerospace Science and Technology Corporation (CASC) et la Shanghai Academy of Spaceflight Technology (SAST), sa filiale, cherchent à modifier et à améliorer considérablement leur modèle. L’objectif serait de le rendre moins dangereux.

Vers un mélange kérosène/oxygène liquide

Les deux étages de la fusée Longue Marche 2D utilisent en effet du tétroxyde de diazote et de la diméthylhydrazine asymétrique. Il s’agit d’un mélange hautement toxique et corrosif qui présente des risques lors de la préparation du lancement, mais aussi lors de la récupération des étages qui retombent au sol.

Selon un rapport du journal officiel de l’industrie China Space News, la fusée sera bientôt mise à niveau pour utiliser des moteurs alimentés au kérosène et à l’oxygène liquide (kerolox). Ces carburants sont non seulement plus économiques et respectueux de l’environnement, mais proposant également une plus grande poussée.

On ignore encore quels moteurs seront concernés précisément. Nous savons cependant que la Chine a développé des moteurs YF-100 kerolox pour sa nouvelle génération de fusées de la série Longue Marche 5-8 qui ont fait leurs débuts il y a quelques années.

fusée chine
Une Longue Marche 2D s’envole pour l’espace en 2012. Crédits : SAST

Un premier vers la réutilisation

La Longue Marche 2D a également été équipée d’ailerons de grille pour la première fois en octobre dernier. L’utilisation de ces structures permet de limiter la zone dans laquelle les premiers étages usés retombent. Les précédents lancements depuis les ports spatiaux intérieurs de la Chine ont souvent causé des problèmes, nécessitant parfois des évacuations de zones habitées.

L’application de cette technologie est un premier pas vers le développement d’un premier étage entièrement réutilisable de cette fusée. D’autres lanceurs sont aussi concernés.

Cette décision semble faire partie d’un plan à long terme visant à développer des systèmes de transport spatial réutilisables.

La SAST a précédemment déclaré qu’elle travaillait sur une version réutilisable de la fusée Longue Marche 6. La China Academy of Launch Vehicle Technology, l’autre principal fabricant de fusées chinoises, développe également des modèles de Longue Marche 8 et de Longue Marche 9 (qui enverront bientôt des astronautes chinois vers la Lune) partiellement réutilisables.