in

En 2021, la Chine a explosé les records de production de charbon

Crédits : PxHere

Quelques semaines après la COP26 qui s’est déroulée à Glasgow, la Chine a annoncé une production record de charbon pour 2021. Alors que l’urgence actuelle en lien avec le dérèglement climatique devrait logiquement signer la fin du charbon, cette énergie fossile n’est ainsi pas prête de disparaître.

Une progression de 4,7 % par rapport à 2020

La récente COP26 de Glasgow n’a pas permis de trouver un accord au sujet d’un éventuel engagement pouvant déboucher sur l’abandon du charbon. Pire encore, la Chine a récemment annoncé un record de production sur l’année 2021, comme l’explique le média China Economy Daily. Si la réputation d’une Chine possédant de loin les plus grandes réserves mondiales de charbon au monde est infondée, ce pays reste tout de même le premier producteur mondial en la matière. Elle a ainsi a encore prouvé son leadership avec une production de 4,07 milliards de tonnes de charbon en 2021, un véritable record. Cette quantité est même supérieure à celle de 2020 avec une progression de 4,7 %.

Les autorités chinoises ont affirmé que les acteurs de ce secteur ont mis les bouchées doubles pour « assurer la sécurité de l’approvisionnement en électricité et du chauffage » ainsi que la stabilité des prix. L’argument avancé n’est autre que la protection de la population chinoise durant l’hiver.

centrale charbon
Crédits : Public Domain Pictures

La Chine n’est pas le seul mauvais élève

Pourtant, la Chine avait il y a quelques mois promis d’atteindre ses objectifs en termes de limitation des émissions de CO2. Les autorités locales avaient insisté sur ce point, malgré la flambée des prix de l’énergie ainsi que la présence d’importantes pénuries d’électricité dans une partie des provinces du pays. Néanmoins, il faut également savoir que le secteur du charbon est d’une importance économique cruciale pour la Chine. Évoquons aussi la présence d’une corruption croissante que le gouvernement dit combattre au moyen de nombreuses campagnes à destination de la population.

Si la Chine est très souvent associée au charbon, ce n’est toutefois évidemment pas le seul pays à se distinguer pour ses errances. En 2018, le Japon a par exemple décidé de se tourner vers cette énergie fossile, un choix en partie dicté par la catastrophe de Fukushima en 2011 et un faible intérêt du pays pour les énergies renouvelables. Citons également l’Australie qui, sous l’influence d’une politique conservatrice et libérale, a refusé de s’aligner sur un objectif de neutralité carbone et continuera ainsi d’exploiter le charbon à grande échelle.