in

La Chine envisage une fusée lourde entièrement réutilisable

Une fusée Longue Marche 2F avec le vaisseau spatial Shenzhou 14 décolle du centre de lancement de satellites de Jiuquan. Crédits : VCG/VCG

Les fabricants de lanceurs chinois semblent concevoir une version entièrement réutilisable de la fusée lourde Longue Marche 9 nécessaire pour les projets du pays. Comme le Starship de SpaceX, cette fusée sera alimentée par du méthane et de l’oxygène liquides. Côté calendrier, son premier vol est prévu pour 2035.

Le programme spatial chinois a fait d’incroyables progrès au cours de ces dernières années. En 2018, le pays s’est notamment illustré en déposant un succès un rover nommé Yutu 2 sur la face cachée de la Lune. Plus récemment, la Chine a également rapporté sur Terre les premiers échantillons lunaires depuis l’ère Apollo et réussi son premier atterrissage sur la planète Mars. Entre-temps, le pays continue d’assembler sa nouvelle station spatiale. Le second module s’est d’ailleurs amarré avec succès au premier ce dimanche 24 juillet.

Cependant, ce n’est qu’un début. À l’instar d’autres acteurs du spatial, la Chine prévoit elle aussi d’étendre ses projets au cours des quinze prochaines années. À cette fin, l’administration spatiale chinoise développe un nouveau projet de lanceur super lourd : le Longue Marche 9. Cette fusée sera en grande partie utilisée pour construire la future station de recherche lunaire du pays, en collaboration avec la Russie.

Physiquement, cette fusée géante se composera de trois étages et de quatre boosters latéraux, le premier étage et les boosters utilisant un mélange de kérosène et d’oxygène liquide.

station chine long march
Le lanceur lourd chinois Longue Marche 5, le 26 juin 2017. Crédits : 篁竹水声/Wikipédia

Une version entièrement réutilisable et « plus propre »

Au départ, nous savions que la Chine voulait rendre au moins en partie de cette fusée réutilisable. Il semblerait que ces plans aient quelque peu évolué. Long Lehao, concepteur en chef de la série de fusées Longue Marche, a en effet récemment annoncé que la Chine prévoyait le développement d’une variante de cette mégafusée entièrement réutilisable.

Ce lanceur sera propulsé par le même carburant que le Starship de SpaceX (méthane et oxygène liquides). Cette approche offre des avantages en termes de performances et réduit les problèmes de formation de suie et de cokéfaction à des fins de réutilisation.

Le premier étage de ce lanceur sera propulsé par vingt-six moteurs (trente-trois pour SpaceX) et aura la capacité de transporter jusqu’à cent cinquante tonnes de charge utile en orbite terrestre basse, soixante-cinq tonnes en orbite de transfert géosynchrone et cinquante tonnes vers la Lune par injection translunaire. Physiquement, cette fusée aura un diamètre de 10,6 m, une hauteur de 110 mètres et une masse au décollage de 4 122 tonnes. Toujours d’après Long Lehao, ce lanceur pourrait être opérationnel dès 2035. Il sera probablement développé parallèlement à la version non réutilisable.

Enfin, rappelons que Chine développe également une autre fusée lourde à trois étages conçue pour être capable d’envoyer des astronautes chinois sur la Lune. Une version à deux étages pourrait effectuer son premier vol en 2026.