in

Changement climatique : la Chine vise la neutralité carbone en 2060

Crédits : JLB1988/pixabay

Pour la première fois, la Chine s’est fixé un objectif de neutralité carbone et vise l’année 2060. L’annonce a été faite par le Président Xi Jinping lors de l’Assemblée générale virtuelle des Nations Unies.

La Chine fera plafonner ses émissions de gaz à effet de serre avant 2030, avant d’aborder la neutralité carbone d’ici 2060. Telle est la promesse faite par le Président chinois Xi Jinping, par vidéoconférence, lors de l’Assemblée générale des Nations Unies. Les négociations mondiales sur le climat étant au point mort depuis le début de la pandémie, l’annonce de Pékin a été accueillie avec surprise.

Si l’échéance paraît lointaine, cette ambition reste une étape importante dans la lutte contre le changement climatique. Pour rappel, la Chine est le plus grand pays émetteur de dioxyde de carbone, responsable d’environ 28% des émissions mondiales, mais pas que. “La Chine est également le plus grand acteur financier et le plus grand marché de l’énergie“, souligne en effet Richard Black, directeur de l’Energy and Climate Intelligence Unit (ECIU). “Ses décisions jouent donc un rôle majeur dans la manière dont le reste du monde progresse pour se libérer des combustibles fossiles“.

Durant son allocution, le Président chinois en a également profité pour appeler tous les pays à entreprendre une “reprise verte” de l’économie suite de la pandémie de coronavirus. “La race humaine ne peut ignorer les avertissements de la nature encore et encore“, a-t-il déclaré, ajoutant que l’accord de Paris sur le climat de 2015 était le “minimum” nécessaire pour protéger la Terre.

chine
Shanghai vue du ciel. Crédits : moerschy/pixabay

L’Europe et la Chine contre les États-Unis

Pour certains observateurs, cette nouvelle déclaration s’intègre également dans une stratégie géopolitique. En retirant son pays de l’accord et en démolissant plusieurs piliers du plan climatique de Barack Obama, Donald Trump continue en effet de ralentir les progrès des États-Unis sur la question climatique.

L’engagement climatique de Xi Jinping à l’ONU est clairement une décision audacieuse et bien calculée“, selon Li Shuo, de Greenpeace Asie. “En jouant un peu différemment la carte du climat, Xi a non seulement insufflé l’élan indispensable à la mise en place d’une politique climatique mondiale, mais il a également montré que la Chine progressait indépendamment des États-Unis. Washington suivra-t-il ?

Cette annonce a également galvanisé l’Union européenne, dont les dirigeants ont récemment exhorté le président Xi à prendre ce type de mesure dans le cadre d’une action conjointe visant à réduire les émissions. Autrement dit, en fixant une échéance de neutralité carbone, la Chine souligne que les efforts internationaux de lutte contre le changement climatique sont encore bien vivants, et ce, malgré les réticences du Président Trump.