in

Pourrait-on voir des Chinois sur la Lune avant 2030 ?

La Lune vue par la sonde spatiale Galileo en 1992. Crédits : NASA / JPL / USGS

Troisième puissance spatiale à avoir envoyé un humain dans l’espace, la Chine aimerait imposer sa présence sur notre satellite. Dans cet esprit, le pays travaille au développement de plusieurs missions visant à poser des astronautes sur la Lune dès le début des années 2030. Cependant, ce calendrier pourrait être raccourci.

Des Chinois sur la Lune avant 2030 ?

La Chine a fait d’énormes progrès dans le domaine spatial au cours de ces dernières années, mais ce n’est qu’un début. Le pays développe une ambition plus grande encore : celle se poser des humains sur la Lune. Dans cet esprit, des responsables des agences spatiales chinoise et russe ont récemment signé un accord prévoyant la construction d’une station de recherche sur la Lune.

Selon le plan, la Chine espère envoyer ses premiers astronautes sur place à partir du début des années 2030 en s’appuyant sur son lanceur super-lourd Longue Marche 9, en cours de développement, mais peut-elle le faire avant ? Selon Ye Peijian, concepteur et ingénieur principal du programme lunaire chinois, c’est effectivement possible. « Je pense personnellement que, tant que la recherche technologique pour les alunissages en équipage se poursuit, tant que le pays est déterminé, un alunissage chinois en équipage est tout à fait envisageable d’ici 2030« , a-t-il déclaré à la télévision d’État CCTV.

Selon le chercheur, une telle mission revêt également une importance particulière pour la Chine. « Les faits ont prouvé que les pays qui sont à la pointe de la technologie spatiale disposent de technologies de pointe dans divers domaines de la société« , a-t-il déclaré. « Un pays ne peut pas se développer sans ces technologies. Ce que nous faisons n’est pas seulement une question de science, c’est aussi lié au sort et au statut de notre nation… Pour résumer, je pense que nous devrions développer des technologies spatiales, que d’autres pays le fassent ou non« .

lune chine
Le rover chinois Yutu 2, actuellement sur la « face cachée » de la lune. Crédits : Agence spatiale nationale chinoise

Des fusées « modifiées »

Comme le souligne SpaceNews, les propos de M. Peijian n’équivalent pas à une déclaration officielle de la Chine approuvant officiellement un atterrissage lunaire en équipage avant cette échéance. Néanmoins, ils « reflètent les progrès et succès récents et le développement en cours des diverses capacités et composants nécessaires pour faire atterrir en toute sécurité des astronautes sur la Lune et les ramener sur Terre« .

Pour avancer son calendrier, la Chine pourrait modifier deux lanceurs déjà existants des Longue Marche 5 pour améliorer leurs performances, parallèlement au développement du lanceur super-lourd Longue Marche 9. L’idée fut évoquée en juin dernier par Long Lehao, un autre haut responsable de l’industrie spatiale. Selon ce plan, l’une de ces fusées lancerait un atterrisseur lunaire en orbite lunaire (actuellement en développement) tandis que la seconde enverrait l’équipage à sa rencontre. L’équipage serait ensuite transféré à bord l’atterrisseur pour se poser sur la surface de la Lune.

Rappelons enfin que le retour des Américains sur la Lune ne devrait quant à lui pas avoir lieu avant 2025.