in

Chine : l’armée présente une sorte de canon à drones kamikazes

Crédits : capture YouTube / Thomas Ybh

Alors que la plupart des armées du monde développent des drones hyper sophistiqués, la Chine a récemment présenté un concept de drones suicides low cost. Ces drones peuvent être expédiés par un camion ou largués depuis un hélicoptère.

Un essaim de 48 drones suicides

C’est un fait : les armées du monde s’intéressent aux drones depuis longtemps. En 2019, la France a déclaré vouloir se doter de drones éclaireurs de poche. En mai 2020, Boeing a présenté un nouveau drone armé et quasi autonome équipé d’une IA. Plus récemment encore, le Royaume-Uni a dévoilé un drone de combat capable de voler en intérieur. Comme l’explique The Drive dans un article du 14 octobre 2020, la Chine a quant à elle présenté un système à l’opposé des drones actuels.

Dans une vidéo présente en fin d’article, l’Académie chinoise d’électronique et d’information technologique (CAEIT) a présenté son système de drones à bas coût. Plus précisément, il est question d’un essaim de 48 drones contenant une dose d’explosif libéré soit par un camion, soit par un hélicoptère avec une étonnante rapidité d’exécution. Ces drones sont des CH-901 (voir ci-après) que la China Aerospace Science and Technology Corporation (CASC) a développés dans les années 2000 afin d’effectuer des missions d’attaque suicide.

drone chinois
Crédits : China Military Drone Alliance

Aucune parade efficace pour l’instant

Ce type d’attaque par essaim de drones est particulièrement difficile à déjouer. En effet, les drones par dizaines sont capables de perturber les meilleurs systèmes de défense aérienne à courte portée grâce à leur dispositif de brouillage radar. Même en les éliminant un par un, ceux-ci resteraient assez nombreux pour accomplir avec succès leur mission suicide. En tout cas, ce genre d’attaque pourrait être particulièrement stressant pour les troupes humaines. En effet, il n’existe pour l’heure aucune parade réellement efficace. Le mieux à faire pour l’armée d’en face est de développer un système similaire. S’en suivrait alors une véritable bataille aérienne entre drones kamikazes.

Ce genre de dispositif pourrait également être utilisé par des terroristes. Il pourrait par exemple s’agir de cibler une personnalité ou un lieu en particulier. Récemment, les autorités étasuniennes ont surpris un essaim de drones voler au-dessus la centrale nucléaire de Palo Verde (Arizona), la plus puissante du pays.

Enfin, ce projet chinois rappelle un autre projet, cette fois porté par les États-Unis. Celui-ci consiste à envoyer des porte-containers dont les containers libéreraient des centaines de drones de combat en cas de besoin. Or, ce projet repose sur une possible guerre avec la Chine dans l’océan Pacifique !