in

La Chine vise plus de 40 lancements spatiaux en 2021

Crédits : China aerospace

Le principal entrepreneur spatial chinois vise plus d’une quarantaine de lancements orbitaux pour cette année 2021. Parmi ces missions notables figureront le lancement d’un premier module de la future station spatiale chinoise, mais aussi des vols habités.

La China Aerospace Science and Technology Corporation (CASC) annonce la couleur. Dans un récent rapport décrivant les principales missions à venir pour 2021, le principal entrepreneur spatial chinois détaille son intention d’effectuer plus de quarante lancements orbitaux cette année, tout comme Elon Musk avec SpaceX.

Pour rappel, la Chine a opéré 39 lancements l’année dernière (dont 34 sont à mettre au crédit du CASC). Parmi les missions les plus notables de 2020, citons le lancement d’un prototype de vaisseau spatial d’équipage de nouvelle génération qui visera à transporter des taïkonautes et du fret dans l’espace. Citons également la mission Tianwen-1, en route vers Mars, qui se présente comme la première mission interplanétaire indépendante du pays. Sans oublier la mission Chang’e 5 et son retour d’échantillons lunaires historique.

Les premières “pièces” de la future station chinoise

Toujours d’après ce rapport, les missions liées à la future station spatiale chinoise seront intégrées dans ces plus de quarante lancements prévus.

Rappelons en effet que si l’ISS est aujourd’hui la seule station opérationnelle en orbite, une station chinoise baptisée “Tiangong” (Palais céleste) doit bientôt lui succéder. À bord, les taïkonautes mèneront diverses expériences scientifiques. Ils se prépareront également aux futurs vols de longue durée. A priori, le module central (long de 17 mètres) de la structure devrait pouvoir être lancé dans quelques semaines. Le tir se fera avec une fusée Long March 5B, depuis la base de lancement de Wenchang.

Une fois ce module placé en orbite (entre 340 et 450 km d’altitude), la Chine lancera ensuite sa mission Shenzhou 12 qui visera à transporter deux à trois taïkonautes vers la structure. Ce vol marquera le septième vol spatial chinois avec équipage et le septième vol avec équipage du programme Shenzhou.

chine
Les taïkonautes Liu Yang, Liu Wang et Jing Haipeng s’apprêtant à embarquer pour leur mission dans l’espace. Crédits : CNSA (samedi 16 juin 2012)

La Chine toujours très secrète

Ces lancements devraient également intégrer celui du satellite météorologique Fengyun, un satellite récupérable de nouvelle génération, et ceux des satellites d’observation de la Terre Gaofen.

Le rapport indique également que le CASC se concentrera sur l’accélération de l’application de grands projets scientifiques et technologiques nationaux. En revanche, la nature et le calendrier de la grande majorité de ces missions resteront secrets et ne seront communiqués qu’au moment des lancements comme la Chine nous y habitue depuis plusieurs années.

Notez enfin que cet objectif affiché du CASC de plus de quarante lancements n’inclut pas les nouveaux acteurs spatiaux chinois. Expace, une branche commerciale de la China Aerospace Science and Industry Corporation (CASIC), un autre conglomérat de défense appartenant à l’État, devrait également s’illustrer cette année. C’est également le cas pour LandSpace, une société chinoise qui développe une famille de microlanceurs (Zhuque-2).