in

Chine : ils découvrent la tombe d’un empereur du IIe siècle apr. J.-C.

Crédits : Luoyang City Cultural Relics and Archaeology Research Institute

Dernièrement, des archéologues ont annoncé avoir localisé la tombe de Huan Di, un empereur de la dynastie Han. La découverte d’un artefact remontant à la période de son règne semble avoir été déterminante.

Plus de certitudes grâce à un nouvel artefact

Huan Di (桓帝), de son nom personnel Liu Zhi (劉志), a régné sur la Chine de 146 à 168 apr. J.-C. Selon une publication du magasine Live Science le 11 janvier 2021, des archéologues locaux disent avoir localisé la tombe de l’empereur. Celle-ci se trouverait dans un mausolée situé à proximité de la ville de Luoyang (province du Henan). Les chercheurs du Luoyang City Cultural Relics and Archaeology Research Institute responsables des fouilles ont rappelé que l’existence de ce mausolée est connue depuis longtemps. D’ailleurs, certains éléments permettaient déjà de supposer que ce lieu renfermait la tombe de Huan Di. Néanmoins, une preuve supplémentaire a récemment apporté davantage de certitudes.

Les archéologues ont en effet découvert d’un vase en pierre de 25 cm de haut pour 80 cm de diamètre. L’artefact en question comporte une inscription (voir ci-après) ayant permis de dater sa fabrication à l’an 180. Or, cette inscription fait référence à Liu Hong (劉弘), successeur de Huan Di. Selon des documents que les chercheurs ont analysés, Liu Hong a fait construire un mausolée pour Huan Di peu après sa mort. Dans une publication de l’agence presse XinHua du 29 décembre 2020, les archéologues indiquaient déjà être quasiment certains que cette hypothèse était la bonne.

inscription vase
Crédits : Luoyang City Cultural Relics and Archaeology Research Institute

Un règne aussi court que tumultueux

Huan Di était le onzième empereur de la dynastie des Han orientaux ayant débuté en l’an 25. Il vécut seulement 36 ans, dont 22 ans de règne. Son arrivée au pouvoir s’était faite en une période de troubles importants, où les épisodes de rébellion et de famine augmentaient en fréquence dans l’empire. Or, le règne de Huan Di n’a pas permis de régler ces problèmes. Par ailleurs, l’empereur aurait fait assassiner plusieurs hauts dignitaires, dont Liang Ji (梁冀), militaire et politicien l’ayant soutenu dans son ascension au pouvoir. Ces exécutions arbitraires ont été orchestrées par la faction eunuque de la cour impériale qui a largement profité de la situation pour renforcer son influence.

En effet, les historiens s’accordent pour affirmer que les eunuques ont contribué à l’affaiblissement puis à la chute de la dynastie des Han orientaux. Cette dernière, en proie aux instabilités et à la corruption, a disparu en 220 avec Xian Di (獻帝), son dernier représentant. Enfin, évoquons le Livre des Han postérieurs (Hou Hanshu / 後漢書) évoque Huan Di qui, deux ans avant son décès, avait accueilli un convoi romain envoyé par le célèbre empereur Marc Aurèle.