in

La Chine développe un train qui pourrait atteindre une vitesse de 3000 km/h

Crédits : Daylight9899 / Wikimedia Commons

Un prototype de train à sustentation (ou lévitation) a été développé par des chercheurs chinois. Le projet dont la vitesse atteindrait à terme 2900 km/h dépassera largement les vitesses existantes pour le transport de passagers. Ce prototype a été montré à la Southwest Jiaotong University à Chengdu City dont le directeur de projet est le docteur Deng Zigang.

Ce nouveau projet chinois « Maglev » fonctionnera d’une façon similaire aux trains à sustentation connus (3 lignes en circulation en 2014) en Chine, au Japon et en Corée du Sud atteignant tout de même une vitesse de pointe de 581km/h pour le plus performant d’entre eux. Maglev est la contraction de Magnetic Levitation, projet de train à sustentation magnétique (électrodynamique) développé par la Japan Railway Company au début des années 2000. On lui connaît peu de concurrents, par exemple le Transrapid (électromagnétique), monorail allemand qui fut le premier train au monde à sustentation magnétique à transporter des passagers en 1979 à l’occasion de l’exposition à Hambourg en Allemagne.

Les trains existants peinent actuellement à dépasser les 500km/h mais l’on parle ici d’un train avoisinant les 3000 km/h. Selon Deng Zigang : « Au-delà de 400km/h, plus de 83% de l’énergie de traction est dissipée par la résistance de l’air ». Ainsi, le secret de cette vitesse espérée résiderait dans le fait de faire avancer le train dans un tube (ou tunnel), où la pression serait dix fois moins importante que celle du niveau de la mer. En théorie, il serait possible d’aller sept fois plus vite que les trains à sustentation actuels.

Les avancées de l’équipe du docteur Deng Zigang résident donc dans un prototype placé dans un cercle de 12 mètres de diamètre atteignant une vitesse maximale de 50 km/h, donc très loin du but, mais ce dernier assure qu’avec un équipement plus imposant, le projet serait abouti. On annonce que cette nouvelle avancée pourrait être utilisée à des fins militaires ou dans le cadre de projets spatiaux, mais si le projet de la Southwest Jiaotong University finit un jour par atteindre les performances escomptées, ce mode de transport placerait par exemple Moscou à une heure de Paris.

Un étudiant chinois teste le prototype dévoilé par la Southwest Jiaotong University à Chengdu city, évalué par leur laboratoire de super-conductivité.
Un étudiant chinois teste le prototype dévoilé par la Southwest Jiaotong University à Chengdu city, évalué par leur laboratoire de super-conductivité.

Sources : Techniques de l’IngénieurDailyMail UK

– Illustration : Un train à sustentation au Japon – Daylight9899