in

Le plus ancien fossile de gibbon découvert en Chine

Crédits : Kadisha/Pixabay

Une équipe de paléontologues annonce avoir identifié les restes du plus ancien hylobatidé (ou gibbon) connu. L’animal évoluait au niveau de la Chine actuelle il y a entre six et sept millions d’années. Cette nouvelle découverte aide à combler une lacune évolutive longtemps insaisissable dans l’histoire de ces primates. Les détails de l’étude sont rapportés dans le Journal of Human Evolution.

Les archives fossiles des hylobatidés (la famille des hominoïdes comprenant les gibbons et siamangs existants) sont mal connues. Les quelques restes fragmentaires retrouvés en Chine et en Asie du Sud-Est ne remontaient pas à plus de deux millions d’années seulement. Or, d’après les études génétiques, nous savons que les hylobatidés ont divergé de la lignée menant aux grands singes et aux humains il y a environ dix-sept à vingt-deux millions d’années. Le fossé à combler était donc énorme. Une étude récente vient de réduire cet écart.

L’ancêtre des gibbons modernes

Le fossile découvert dans le sud-ouest de la Chine est celui d’un petit singe appelé Yuanmoupithecus xiaoyuan. L’espèce avait initialement été considérée comme étant liée aux proconsuloïdes ou aux dendropithécoïdes d’Afrique de l’Est. Cependant, des rapports ultérieurs ont indiqué qu’elle pourrait être plus étroitement liée aux hylobatidés. Cette nouvelle étude le confirme.

Dans le cadre de ces travaux, Xueping Ji et son équipe de l’Institut de zoologie de Kunming ont examiné les dents et autres restes crâniens d’un spécimen qui avait moins de deux ans au moment de sa mort il y a sept à huit millions d’années. Les chercheurs l’ont identifié comme un hylobatidé en comparant ces restes avec les crânes de plusieurs gibbons modernes conservés à l’Institut. Yuanmoupithecus serait également l’ancêtre de toutes les espèces de gibbons existantes.

En se basant sur la taille des molaires, les scientifiques estiment que Yuanmoupithecus était de taille comparable aux gibbons d’aujourd’hui avec un poids corporel d’environ six kilos.

gibbons gibbon hylobatidés
Mâchoire supérieure du spécimen. Crédits : Terry Harrison

Si Yuanmoupithecus évoluait il y a environ sept millions d’années et que sa lignée s’est séparée de la nôtre il y a environ dix-sept millions d’années, cela signifie qu’il reste encore un vide à combler de dix millions d’années dans les archives fossiles. L’exploration continue de sites fossiles prometteurs en Asie pourrait permettre de combler ces lacunes dans l’histoire évolutive des primates.

Enfin, l’étude s’est également intéressée au cas d’une autre espèce baptisée Kapi ramnagarensis. Auparavant, les chercheurs pensaient qu’il s’agissait d’une espèce antérieure d’hylobatidé sur la base d’une seule molaire fossile isolée en Inde. En réalité, ce n’était pas un hylobatidé, mais un membre d’un groupe plus primitif de primates qui ne sont pas étroitement apparentés aux singes modernes.