in

La Chine va construire une gigantesque centrale solaire orbitale

Crédits : China aerospace

La Chine prévoit d’utiliser son prochain lanceur super-lourd, actuellement en cours de développement, pour construire une énorme centrale solaire spatiale en orbite géostationnaire.

La Chine, une actrice majeure du spatial

Le programme spatial chinois a été particulièrement actif ces dernières années. Il y a trois ans, la Chine s’est notamment illustrée en déposant avec un rover sur la face cachée de la Lune. Il y a quelques mois, le pays a également rapporté sur Terre les premiers échantillons lunaires depuis quarante ans, avant d’atterrir avec succès sur Mars pour la première fois. Sans oublier l’envoi réussi du premier module de sa nouvelle station spatiale.

Sur le papier, nous pourrions imaginer que la Chine est en démonstration. En réalité, tous ces projets étaient bel et bien prévus depuis 2016. Mais force est de constater que le pays semble avoir “appuyé sur l’accélérateur”, et s’inscrit désormais comme l’un des principaux acteurs du secteur spatial au cours de ces prochaines années, même si les États-Unis restent encore (très) loin devant.

Et ce n’est pas fini. La Chine, à l’instar de la NASA ou de SpaceX, prévoit elle aussi une exploration humaine de l’espace lointain. En témoigne le récent accord avec la Russie prévoyant la construction d’une base de recherche habitée sur la Lune. Dans cet esprit, l’administration spatiale chinoise développe un lanceur super lourd : le Longue Marche 9. Cette fusée devrait pouvoir lever environ 130 tonnes de charges en orbite basse, et environ cinquante tonnes en orbite lunaire.

Dans un extrait d’une interview à CCTV, le directeur adjoint de l’Agence spatiale nationale chinoise, Wu Yanhua, déclarait il y a quelques mois que le principal objectif de ce nouveau lanceur serait de permettre «toute mission d’atterrissage sur la Lune avec équipage» que le pays pourrait entreprendre. Mais un autre projet aussi faramineux pourrait également en profiter.

chine longue marche 9 centrale solaire
Tableau comparatif de 9 lanceurs super lourds, classés par hauteur. Crédits : Thorenn/Wikipédia

Une centrale solaire orbitale

Selon Long Lehao, le principal artisan des fusées chinoises de classe “Longue Marche”, ce lanceur super-lourd sera également utilisé pour construire des installations d’énergie solaire spatiales en orbite géostationnaire. l’idée, concrètement, sera de collecter de l’énergie solaire à 35 786 kilomètres d’altitude, puis de l’envoyer vers la Terre via des micro-ondes ou des lasers.

Toujours selon Long Lehao, qui a présenté ce projet le 24 juin dernier à Hong Kong, ce projet commencerait par un test de production d’électricité à petite échelle en 2022. En cas de succès, une installation de production d’électricité de niveau mégawatt pourrait ensuite voir le jour vers 2030, avant d’envisager une production d’électricité de niveau mégawatt d’ici 2050 (un kilomètre carré de superficie).

Ce projet nécessiterait alors plus d’une centaine de lancements et environ 10 000 tonnes d’infrastructures assemblées en orbite.

L’idée d’une centrale solaire orbitale n’est pas nouvelle. Et pour cause, des panneaux solaires envoyés dans l’espace pourraient produire de l’énergie en continu sans se soucier des contraintes météorologiques. Cependant, les contraintes économiques et techniques ont jusqu’à présent entravé le développement de réels projets.

Depuis, la situation a évolué. Si la Chine n’a pas détaillé combien elle comptait dépenser pour sa station solaire, le développement de la transmission sans-fil et l’optimisation de la productivité des panneaux solaires permettent aujourd’hui d’envisager réellement une telle infrastructure.