in ,

Pourquoi les Chimane de l’Amazonie ont les cœurs les plus sains au monde

Crédits iStock

Une étude récente menée en Amazonie constate que les Chimane, un peuple indigène de Bolivie, présentent les cœurs les plus sains au monde avec moins de maladies cardiaques que toute autre population jamais étudiée.

Les Chimane sont un peuple indigène vivant dans les forêts tropicales et les savanes du nord-est de la Bolivie. Chasseurs-cueilleurs-horticulteurs, un régime riche en glucides, en fibres et pauvre en graisses couplé à beaucoup d’exercice permet aux Chimanes de jouir d’une santé de fer. Dans ces coins reculés du monde, les artères ne sont pas obstruées et les accidents vasculaires cérébraux sont quasi inconnus. Selon l’étude publiée dans la revue The Lancet, un Chimane de 80 ans aurait l’âge vasculaire d’un Américain dans la cinquantaine.

« Notre étude montre que le nombre de cas d’athérosclérose coronarienne observé chez les Chimane est nettement moins élevé que dans toutes les populations étudiées jusqu’à présent », relève le Pr Hillard Kaplan de l’Université américaine de New Mexico qui a dirigé l’étude. L’athérosclérose est une forme de dégénérescence des artères se manifestant par la formation de plaques d’athérome qui peuvent ralentir ou obstruer le flot sanguin. Lorsqu’elle touche les artères coronaires, elle peut provoquer un infarctus du myocarde. Après avoir évalué le risque cardiovasculaire de 705 sujets âgés de 40 à 94 ans, les résultats ont montré des taux de cholestérol et de sucre dans le sang particulièrement bas. Des scanners effectués ont également montré que 85 % d’entre eux ne présentaient aucun risque de maladie cardiovasculaire. Seuls 3 % des personnes étudiées présentaient un risque allant de « modéré à élevé ». Ce risque augmentait peu avec l’âge, atteignant seulement 8 % chez les plus de 75 ans, soit le plus lent vieillissement artériel observé jusqu’à présent dans une population.

Mais alors, comment expliquer de telles artères ? Leur bonne santé artérielle s’explique principalement par un régime pauvre en graisses et riche en glucides non raffinés comme le manioc, le riz, le maïs. Les Chimane font également beaucoup d’exercice, certains chasseurs pouvant parcourir jusqu’à 18 km par jour pour trouver de la nourriture. Ils ne fument pas et boivent également très peu : « cette étude suggère que l’athérosclérose coronarienne pourrait être évitée si les gens adoptaient certains éléments du style de vie des Chimane en maintenant un niveau très bas de leur cholestérol LDL, de leur tension artérielle et de leur glycémie, ne fumant pas et en restant physiquement actifs », confirme le Dr Gregory S Thomas.

Notons tout de même que si les Chimane sont aujourd’hui les champions du monde en matière de maladies cardiovasculaires, les deux tiers souffrent néanmoins de vers intestinaux et de maladies infectieuses. Les Chimane vivent en effet dans des conditions très difficiles sans eau courante.

Source