in

Chez les chiens, la voix du propriétaire génère une activité cérébrale similaire à celle d’un bébé écoutant sa mère

Crédits : Bru-nO/Pixabay

En combinant des données comportementales et cérébrales, des chercheurs ont révélé des similitudes passionnantes entre la relation propriétaire/chien et celle unissant une mère et son enfant. Chez les chiens, tout comme chez les nourrissons humains, l’attachement est en effet associé à des réponses cérébrales liées à la récompense au discours du soignant, selon une nouvelle étude.

Chez l’Homme, les processus neuronaux soutenant la perception des stimuli sociaux vocaux et leur contenu communicatif sont affectés par la relation sociale avec le vocaliseur. Les nourrissons, par exemple, présentent une réponse cérébrale liée à la récompense à la voix de leur mère. Il existe des preuves comportementales soutenant que plusieurs espèces différencient aussi les individus importants en fonction de leur voix, notamment les jeunes macaques, les lions de mer ou les otaries.

Dans le cadre d’une récente étude, une équipe hongroise a cherché à savoir si les chiens développaient des mécanismes cérébraux similaires, mais à l’écoute de leur propriétaire.

«Étudier les mécanismes cérébraux derrière l’attachement du propriétaire du chien est particulièrement excitant car cela peut aider à comprendre à quel point ce lien unique entre des individus de différentes espèces peut être similaire à d’autres relations bien connues entre congénères (par exemple, l’attachement nourrisson-mère)», détaille Anna Gábor, principale auteure de l’étude. «Il y a quelques années, nous avons découvert que le cerveau des chiens était sensible aux louanges verbales. En revanche, la manière dont la relation avec le locuteur affecte cette sensibilité est jusqu’à présent restée inexplorée».

Des connexions neuronales similaires

Pour cette étude, dont les résultats sont publiés dans la revue NeuroImage, les chercheurs se sont appuyés sur le protocole de “situation étrange” utilisé pour faire des observations comportementales sur la façon dont les enfants réagissent à l’absence de leurs tuteurs. Ils ont également utilisé l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) pour observer l’activité cérébrale des chiens à l’écoute d’éloges ou de discours neutres (inutiles pour les chiens) prononcés par leur propriétaire et une personne simplement familière.

chiens
Des mécanismes neuronaux similaires sous-tendent les relations chien-propriétaire et nourrisson-mère. Crédits : Lepale/Pixabay

Les résultats ont révélé que le centre de récompense du cerveau des chiens était effectivement plus sensible aux discours (élogieux ou non) du propriétaire qu’à ceux d’une personne familière. Les chiens les plus attachés à leur propriétaire ont également montré une plus grande réponse neuronale liée à la récompense. Autrement dit, plus un chien est proche de son propriétaire, plus l’écoute de sa voix sera gratifiante pour l’animal.

Ces nouvelles connaissances, notent les auteurs, révèlent que les relations entre chien/propriétaire et mère/nourrisson sont plus similaires qu’on ne le pensait auparavant.