in

Chez SpaceX, le tube pour tester l’Hyperloop est en cours de destruction

hyperloop virgin
Crédits : Josh Giegel / Twitter

Proposé au monde il y a près d’une décennie par Elon Musk, le projet de recherche industrielle ouvert à tous connu sous le nom de « Hyperloop » semble avoir sérieusement pris du plomb dans l’aile. Sur le site de SpaceX en Californie, le tube de test pour l’Hyperloop est en cours de destruction.

Le verrou technologique n’a jamais été brisé

Et si l’Hyperloop ne voyait jamais le jour ? Proposé par Elon Musk en 2013, ce concept avait rapidement séduit de nombreuses sociétés. Celles-ci – incluant SpaceX – avaient alors débuté des recherches concernant ce que l’on présentait comme le moyen de transport du futur. Comme l’explique Bloomberg dans un article du 3 novembre 2022, SpaceX vient d’abandonner ses projets en la matière. Proche de ses bureaux à Hawthorne en Californie (États-Unis), le tube de test pour l’Hyperloop est en cours de démolition et laissera place à un parking à destination des employés. Le tunnel en question serait d’ailleurs hors service depuis le début de l’année 2022.

Selon le quotidien étasunien, le projet n’a jamais réussi à briser le verrou technologique, c’est-à-dire le ou les obstacles en lien avec les espaces technologiques choisis dans le programme de recherche & développement. Il peut par exemple s’agir d’une contrainte matérielle ou encore de ressources insuffisantes. Rappelons que l’idée de base du concept est très ambitieuse car il s’agit de faire circuler – dans un double tube surélevé – des capsules transportant des voyageurs et des marchandises. L’intérieur des tubes est sous basse pression afin de limiter les frictions de l’air et ainsi espérer atteindre des vitesses inédites dépassant les 1 000 km/h.

hyperloop train
Crédits : KRRI

Les recherches continuent ailleurs

L’abandon de SpaceX représente un nouveau signe que le concept tend à grandement s’essouffler. Rappelons qu’en février 2022, la société Virgin Hyperloop avait décidé d’abandonner son projet de transport de passagers pour se concentrer sur un concept de transport de fret. Citons également les déclarations de l’ingénieur français de renom François Lacôte en 2018, ayant qualifié l’Hyperloop de « formidable escroquerie technico-intellectuelle ». L’expert avait à cette occasion listé plusieurs impasses techniques qui, selon lui, rendent impossible une application du concept dans la réalité.

Néanmoins, il est important de souligner que les acteurs de la recherche sur l’Hyperloop sont assez nombreux. Certains sont même encore très actifs, comme la société canadienne TransPod et son prototype présenté en août 2022. En juillet 2021, HyperloopTT avait présenté son concept de transport de containers ultra-rapide. Citons également la start-up néerlandaise Hardt Hyperloop qui, en 2020, avait réalisé une vaste étude de faisabilité au sujet d’une ligne reliant Amsterdam à Paris en seulement 1h30.