in

Chez les vaches, le lien social social se renforce avec le toilettage

Crédits : pasja1000/pixabay

Une étude récente met en lumière l’importance des pratiques de toilettage chez les vaches laitières. D’après les chercheurs, ces liens sociaux devraient être pris en compte par les éleveurs dans le but d’améliorer le bien-être de leurs troupeaux.

Les vaches sont des animaux plus complexes que nous ne le pensons. Il y a quelques mois par exemple, une recherche canadienne, rapportée dans Cosmos, soulignait qu’à l’instar des humains et des chiens, les vaches laitières peuvent elles aussi être victimes de « sautes d’humeur » durant la puberté.

Une nouvelle étude, menée par des chercheurs chiliens et américains, met cette fois en lumière les différentes interactions sociales au sein des troupeaux.

« Notre objectif était de comprendre comment les réseaux sociaux sont formés par les vaches après leur réunification au début de la période de traite« , explique Gustavo E Monti, de l’Institut de médecine vétérinaire de l’Université Austral (Chili). « Nous voulions également comprendre quels facteurs peuvent influencer ces changements« .

L’importance du toilettage

Dans le cadre de ces travaux, les chercheurs ont surveillé un troupeau de 38 vaches laitières pendant un mois. Au terme de l’étude, ils avaient enregistré plus de 1300 événements de toilettage.

Le toilettage social est une activité importante souvent mise en lumière chez les primates. Par ces moyens, ces derniers peuvent lier et renforcer les structures sociales, des liens familiaux et amicaux. Cette pratique est également utilisée comme moyen de résolution des conflits (témoignage de réconciliation).

Toutefois, les primates ne sont pas les seuls à user de ces techniques. De nombreux animaux sociaux peuvent opérer de la même manière, dont les vaches. En l’occurrence ici, il ne s’agit pas de s’épouiller, mais de lécher le cou et la tête.

Ces événements répondaient également à plusieurs modèles d’interactions basés sur l’âge et le rang social.

Les chercheurs ont par exemple découvert que les vaches ont tendance à en toiletter d’autres du même âge. Pour les chercheurs, cela suggère que le fait de grandir ensemble renforce les liens sociaux chez ces animaux. Ils ont également souligné que les vaches semblent s’occuper de celles qui les ont préalablement toilettées, ce qui met en lumière une coopération mutuelle.

En outre, les individus plus âgés toilettaient davantage les autres que les plus jeunes. D’après l’étude, cette pratique sociale pourrait être donc aussi être liée à l’ancienneté dans le troupeau. « Le fait que les vaches plus âgées toilettent davantage d’individus suggère qu’elles jouent le rôle d’artisans de paix dans le troupeau », note Gustavo E Monti.

vaches
Crédits : suju/pixabay

Améliorer le bien-être des vaches

Cette étude fait écho à d’autres recherches menées de Krista McLennan, de l’université de Northampton. Ces travaux, concentrés sur la mesure du rythme cardiaque et du taux de cortisol (une hormone qui réagit au stress) des vaches, avaient révélé que ces dernières sont nettement plus sereines entourées de leurs meilleures amies.

Ceci étant dit, ces nouveaux résultats, publiés la revue Frontiers of Veterinary Science, pourraient influencer les pratiques de gestion des exploitations, en les alignant davantage sur le comportement social naturel des vaches.

« C’est important parce que les bovins forment des liens solides qui leur offrent un soutien social et les aident à faire face aux facteurs de stress qui surviennent régulièrement dans la vie des vaches laitières« , note Gustavo E Monti.

Dans les systèmes de production modernes, ces dernières sont en effet très fréquemment déplacées entre troupeaux. Cela signifie qu’elles doivent systématiquement former de nouveaux liens sociaux. Le fait de ne pas y prêter attention peut donc avoir des effets négatifs sur le comportement, la santé et la productivité de ces animaux.

« Il est important que les agriculteurs soient conscients de la pertinence des aspects sociaux de la vie des vaches« , conclut le chercheur. « Les agriculteurs doivent savoir que celles qui se toilettent fréquemment est le signe que ces dernières s’entendent bien. Au contraire, si le toilettage social diminue, cela peut être un signe de bien-être altéré« .