in

Des chercheurs veulent empêcher les chiens de vieillir

chiens
Crédit : PublicDomainPictures/Pixabay

La startup Loyal, basée à San Francisco, mène des essais cliniques sur des pilules anti-âge pour chiens. Elle y est aidée par une récente enveloppe de 60 millions de dollars de nouveaux fonds. Il est encore trop tôt pour évaluer l’efficacité de son approche, mais s’attaquer aux chiens pourrait être un moyen très médiatisé d’explorer les avantages potentiels de ces pilules anti-vieillissement chez l’Homme.

Deux médicaments en phase de test

Loyal est une société de médecine vétérinaire au stade clinique qui développe des médicaments destinés à prolonger la durée de vie et la santé des chiens. Elle intègre Cellular Longevity, une société de biotechnologie basée à San Francisco qui mène des recherches pionnières sur la science de la longévité.

En 2021, la société créée par Céline Halioua avait levé 27 millions de dollars en financement, après une ronde de démarrage de 11 millions de dollars levée l’année précédente. Plus récemment, Loyal a bénéficié d’une nouvelle enveloppe de 60 millions de dollars dans le but de poursuive ses essais impliquant deux médicaments.

Le premier, LOY-001, serait destiné à prolonger la durée de vie et la santé des chiens de grande taille et de race géante qui vivent généralement moitié moins longtemps que les chiens de petite race. LOY-001 cible principalement les mécanismes biologiques supposés causer cette disparité de durée de vie. L’idée serait de proposer un produit à action prolongée administré par un vétérinaire tous les trois à six mois. De premiers tests seront effectués dès cette année pour un potentiel lancement dès 2026.

Le second, LOY-002, vise à prolonger la durée de vie et la santé des chiens âgés de toutes les races exceptées les plus petites. Le produit, censé améliorer la forme métabolique, se présenterait comme une pilule à prendre tous les jours. Par ailleurs, les deux approches incluent également un composé sur la décélération de l’apparition de la démence et de l’insuffisance rénale. La première étude sur les chiens a débuté en septembre 2022 et l’entreprise recrute actuellement pour les études à venir en 2023.

chiens
Crédits : PICNIC-Foto/Pixabay

Après les chiens, les humains

Comme le souligne un article de WIRED sur Loyal, environ 90 % des nouveaux médicaments ne dépassent pas le stade des essais cliniques. Il est donc évidemment trop tôt pour tirer des conclusions.

Cependant, Céline Halioua, la fondatrice de Loyal, estime que le fait de pirater les processus biologiques canins dans le but de prolonger la durée de vie est un bon premier pas pour d’éventuels travaux chez l’Homme. Non seulement les chiens ont une durée de vie suffisamment courte pour les rendre plus faciles à étudier, mais ils développent également des maladies liées à l’âge similaires à celles des humains. Les chiens ont également des facteurs environnementaux communs avec nous et partagent parfois le même régime alimentaire.

Le fait de se concentrer sur les chiens, qui partagent nos vies depuis au moins 15 000 ans, est également une manière d’attirer l’attention du public. Les succès passés de l’allongement de la durée de vie des souris n’ont par exemple jamais suscité beaucoup d’enthousiasme, d’autant plus lorsqu’ils impliquent des transplantations fécales.