in

Des chercheurs mettent au point une caméra capable de lire un livre… fermé

Crédits : Pixabay/Pezibear

Dans une vidéo publiée le vendredi 9 septembre dernier, des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) présentent leur nouvelle invention, une caméra extrêmement puissante capable de lire les pages d’un livre fermé, et ce grâce à une nouvelle méthode d’imagerie informatique.

En développant une technologie basée sur les ondes à très haute fréquence, des chercheurs du MIT et de Georgia Tech sont parvenus à mettre au point une caméra capable de déchiffrer le contenu des pages d’un livre sans l’ouvrir. Dans la revue Nature Communications, dans laquelle ils publient leurs travaux, les chercheurs expliquent que cette invention repose sur l’utilisation des radiations de tétrahertz (THz). Ces ondes, qui sont intermédiaires entre les fréquences radioélectriques des micro-ondes et les fréquences optiques de l’infrarouge (elles s’étendent de 100 GHz à 30 THz ), permettent, grâce à leur absorption par les différents matériaux, de distinguer l’encre du papier d’un livre.

En analysant avec précision toutes les données reçues après la transmission des ondes grâce à plusieurs algorithmes, la caméra est capable d’identifier et de distinguer l’espace vide qui sépare les pages et l’encre utilisée pour l’impression. Après avoir envoyé ses ondes, la caméra est ainsi capable de détecter chaque lettre de chaque page. Le temps de trajet des ondes entre les pages permet de reconnaître la position de ces dernières, et les composants chimiques de l’encre posée sur la page permettent de reconnaître les mots.

capture-2016-09-15-a-11-19-06
Capture vidéo

De nettes améliorations restent toutefois à apporter à la technologie, notamment en terme de portée de “lecture”, qui reste encore relativement faible. En effet, pour le moment, la caméra n’est capable de reconnaître que les 20 premières pages d’un livre sur lesquelles seules les neuf premières lettres sont lues avec exactitude. Quelques années de recherche et de développement sont donc nécessaires avant d’atteindre l’objectif de lire n’importe quel ouvrage en entier sans l’ouvrir, ce qui pourrait être d’une grande utilité pour les musées ou les historiens, lesquels pourraient “lire” des ouvrages antiques sans leur causer de dommages.

Source