in

Des chercheurs découvrent l’existence d’aurores polaires sur les naines brunes

Crédits : Chuck Carter and Gregg Hallinan/Caltech

Alors que l’on croyait jusqu’à présent que les aurores polaires se produisaient uniquement sur les planètes, une équipe internationale d’astronomes est récemment venue mettre en évidence qu’elles pouvaient également se former sur des naines brunes. Une découverte inattendue qui soulève le caractère planétaire de ces astres que l’on considérait jusqu’alors comme des intermédiaires entre les planètes et les étoiles.

Découvertes il y a une vingtaine d’années, les naines brunes sont des astres assez particuliers qui se situent à mi-chemin entre une étoile et une planète. En effet, bien qu’elles ne possèdent pas la masse nécessaire pour entamer et maintenir le processus de fusion nucléaire qui leur permettrait de briller de mille feux à l’instar de notre soleil, elles sont en revanche bien plus massives et chaudes que les planètes. Or, face à ce constat, une question se pose naturellement à nous : faut-il les considérer davantage comme des étoiles avortées ou comme des super-planètes ? Si les scientifiques penchaient jusqu’à présent en faveur de la première hypothèse, une nouvelle étude, publiée dans la revue Nature, est récemment venue changer la donne. En observant une naine brune située à quelque 20 années-lumière de nous, une équipe de chercheurs a en effet mis en exergue un phénomène étonnant que l’on croyait réservé aux planètes seules : l’existence d’aurores polaires.

Les aurores sont provoquées par l’interaction des particules chargées en provenance du soleil avec le champ magnétique de n’importe quelle planète possédant une atmosphère. Les couleurs si caractéristiques qui en découlent sont ainsi provoquées par la collision de ces particules chargées avec des atomes de gaz situés dans la haute atmosphère. De cette façon, l’azote donnera des teintes bleues et rouges, alors que l’oxygène engendrera des couleurs rouges et vertes.

Or, bien que beaucoup plus puissant, c’est bien ce même phénomène qui a été observé sur une naine brune par une équipe internationale d’astronomes. Ces derniers ont en effet détecté sur la surface de l’astre des anomalies lumineuses périodiques qui, après analyses, se sont révélées être des aurores polaires vraisemblablement provoquées par la collision entre des électrons et des atomes d’hydrogène contenus dans l’atmosphère de la naine brune.

Cette découverte, quelque peu inattendue, amène donc naturellement à repenser la place que l’on attribuait jusqu’alors à ces astres. « Les naines brunes couvrent l’écart entre les étoiles et les planètes et ces résultats sont une preuve de plus que nous devons les penser comme des planètes musclées, plutôt que comme des étoiles avortées », a ainsi expliqué Stuart Littlefair, l’un des auteurs principaux de l’étude, relayé par le site Sciences & Avenir. « Nous sommes interpellés en observant ces objets qui, traditionnellement, sont classés comme des étoiles, mais qui semblent présenter de plus en plus des propriétés qui les font ressembler à des planètes super-géantes. », a quant à lui déclaré Garret Cotter, co-auteur de l’étude.

Sources : NatureSciences & AvenirNouvelobs

— Illustration artistique : Chuck Carter and Gregg Hallinan/Caltech.