in ,

Des chercheurs découvrent que la forme du cerveau est altérée par les voyages dans l’espace

Crédits : iStock

Cela peut paraître incroyable, mais le corps des astronautes en mission dans l’espace subit de nombreuses altérations, des changements qui ne se voient évidemment pas sur leur visage à leur retour. Différentes parties du corps sont concernées, mais il semble que le cerveau ne soit pas en reste. 

D’ordinaire, le corps humain évolue dans un environnement comportant une gravité, celle de notre planète, et celui-ci s’y est logiquement habitué. Lorsque ce n’est plus le cas (comme dans l’espace), notre corps est soumis à des changements faisant l’objet d’études poussées de la part des scientifiques et des médecins. Parmi ces changements, il est possible de citer l’atrophie des muscles, l’affaiblissement des os ou encore la baisse de la vision.

Parfois, le voyage dans l’espace réserve quelques surprises. La dernière preuve en date est le vieillissement ralenti de l’astronaute américain Scott Kelly ayant passé 340 jours sur la Station spatiale internationale (ISS). Une étude récente effectuée sur 26 astronautes démontre cependant divers impacts sur le cerveau.

Menée par Rachael Seidler, professeur de kinésiologie et de psychologie à l’Université du Michigan (États-Unis), cette étude a intégré l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et a permis de conclure que certaines parties du cerveau des astronautes se développaient tandis que d’autres se contractaient.

« La gravité n’est pas disponible pour attirer les fluides vers le bas dans le corps. Cela peut entraîner un changement de position du cerveau ou une compression », indique la chercheuse dans un communiqué officiel de l’Université du Michigan.

En somme, il y a des effets positifs, mais également négatifs. Pour leur part, les régions du cerveau qui se sont développées sont responsables des commandes de la partie inférieure du corps comme le mouvement des jambes et pour l’heure, nous ignorons réellement pourquoi. Les scientifiques tentent désormais de comprendre si ces changements sont irréversibles après leur retour à la vie sur Terre.

Sources : Chronicle CouncilTom’s Guide