in ,

Des chercheurs auraient mis au point une thérapie contre la procrastination !

proscratination fatigue
Crédits : Flickr

La procrastination est une mauvaise habitude : celle de toujours remettre les choses au lendemain. Des chercheurs suédois ont utilisé avec succès une thérapie afin de traiter des dizaines de personnes !

Les gens remettant les tâches à effectuer au lendemain de manière systématique, peu importe la nature de ces mêmes actions, sont qualifiés de procrastinateurs (ou retardataires chroniques). Les personnes atteintes de procrastination auront beaucoup de mal à s’exécuter, surtout dans le cas où cela ne leur apporte pas de satisfaction immédiate. Les origines psychologiques de cet état sont relativement peu connues (anxiété ou mauvaise estime de soi par exemple) et font toujours l’objet d’un débat.

Les chercheurs l’Université de Stockholm (Suède) n’ont pas attendu d’avoir connaissance de la cause réelle de la procrastination pour tenter de traiter cette dernière. En effet, ils ont utilisé la thérapie cognitivo comportementale (TCC) sur des volontaires afin de remplacer leur comportement par un autre plus utile, plus constructif tout en définissant des objectifs. L’étude en question a été publiée le 5 août 2017 dans la revue Behavior Therapy.

Les chercheurs ont sélectionné une centaine de patients ayant obtenu au moins quarante à un test sur une échelle d’un à soixante. Ces personnes, que l’on qualifiera de « super procrastinateurs », ont été séparées en deux groupes. Les membres du premier groupe ont suivi durant huit semaines un programme composé d’une TCC par semaine composée d’exercices en ligne. Les volontaires du second groupe ont été soumis durant la même période à une TTC toutes les deux semaines. Cependant, ces derniers ont bénéficié d’un accompagnement physique.

Les résultats indiquent que l’ensemble des participants ont au moins réduit de dix points leur total obtenu lors du test initial, tandis que 34 % d’entre eux sont parvenus à avoir la moyenne. Ainsi, leur procrastination aurait diminué de moitié ! Environ six mois plus tard, les membres du second groupe (thérapie en présence physique) ont vu leur score baisser de quatre points par rapport aux autres. Ceci revient à dire que la thérapie cognitivo comportementale (TCC) fonctionne pour traiter ce mal et qu’elle est plus performante lorsqu’elle se déroule en direct avec des accompagnateurs.

Sources : Science & VieICI Radio Canada