in

La Charente Maritime secouée par un séisme de magnitude 5,2

Même pour une zone connue pour son activité sismique (notamment du côté de l’île d’Oléron), une secousse de magnitude 5,2 a eu un effet de surprise. Pour Sophie Lambotte, sismologue, « magnitude 5, c’est déjà un séisme important, on n’en a pas si fréquemment que ça, ça sort un peu de l’ordinaire ». En effet, la dernière secousse d’une magnitude supérieure à 5 avait été enregistrée en 1972 du côté de l’île d’Oléron puis une autre en 2005 qui atteignait autour de 4,5 mais rien de tel n’avait été enregistré dans cette zone depuis. Pour la spécialiste, ce phénomène est explicable par le fait que la zone est « à la limite des failles héritées du Massif armoricain, des failles cisaillantes qui coulissent d’un bord sur l’autre. Il y a d’autres failles du côté d’Oléron qui sont de même orientation. »

C’est entre La Rochelle et Rochefort que le tremblement de terre a eu lieu avec un épicentre à Breuil-Magné, au nord de Rochefort. Ce séisme a été ressenti fortement pendant quelques secondes ce jeudi vers 8 h 46 et s’est produit à 21 km de profondeur. Depuis le séisme, les témoignages se multiplient. Voici un autre témoignage en provenance du port de pêche de La Rochelle recueilli par SudOuest : « Nous vous confirmons que ça a été ressenti jusqu’au port de pêche de Chef-de-Baie. C’est tout l’entrepôt qui a tremblé pendant plusieurs secondes, créant un véritable bruit de tôles vibrantes. Nous avons d’abord cru qu’un camion était rentré dans un de nos quais ou qu’un rack s’était effondré (…) C’était court, mais très intense et inquiétant. » Un autre témoignage témoigne de l’inquiétude ressentie par certains habitants : « J’habite à 20 mètres de la place de la mairie à La Rochelle, au premier étage d’un immeuble de 3 étages. J’ai cru qu’une bombe ou qu’une bonbonne de gaz avait explosé, les murs ont tremblé si fortement que je redoutais un effondrement. »

L’ouest de la France a été grandement secoué et les secousses se sont ressenties beaucoup plus loin encore que dans l’Ouest comme le montre la carte du site Internet FranceSéisme ci-dessous qui se base sur les témoignages des cinq derniers jours  :

Un contact à La Roche-sur-Yon près de Nantes (et donc vivant pourtant assez loin de l’épicentre) a pourtant ressenti le choc : « En vrai, plus de peur que de mal et qu’un grand crissement dans le plafond et comme une vibration sous nos pieds. » Et il n’est pas le seul ! Un Angoumoisin rapporte au journal SudOuest : « Suite au tremblement de terre, des tuiles sont tombées dans mon jardin à Angoulême, des fissures sont apparues dans un mur porteur et des objets sont tombés. » Un bordelais n’a quant à lui pas compris tout de suite ce qui se produisait : « J’habite les Chartrons dans Bordeaux et je n’ai pas compris ce qui s’est passé ! Je travaillais sur mon bureau et pendant bien 15 secondes, mon ordinateur, ma table et moi-même tremblions… Je pensais à des travaux dans la rue. »

Pour l’heure, les autorités ne déclarent aucun dégât majeur même si les internautes ont déploré quelques petits dégâts matériels. Aucune victime ne semble avoir été signalée et les sapeurs-pompiers n’ont pas encore eu besoin d’intervenir. Nous pouvons noter en revanche que l’usine Alstom à Aytré (Charente-Maritime) et le commissariat de La Rochelle ont été évacués comme plusieurs écoles se situant dans les environs.

Source : SudOuest