in

Changements climatiques : vivre dans des conditions environnementales idéales est-il un avantage ou un inconvénient pour les oiseaux ?

Crédits : iStock

 

Les animaux qui vivent dans des zones où les conditions sont idéales pour leurs espèces ont moins de chance de résister face aux changements climatiques d’après une nouvelle étude menée par une multitude d’universités et dont les résultats ont été publiés sur le site de l’Université d’Exeter.

L’étude a permis de comprendre si les oiseaux pourraient évoluer pour s’adapter aux changements de leur environnement naturel dans leur aire de répartition (la zone géographique où ils nichent, se nourrissent, migrent et hibernent).

Les chercheurs ont constaté que les populations qui vivent dans des conditions les plus favorables, mais aussi celles vivant dans les plus difficiles, ont le plus petit potentiel d’évolution. Les populations qui au contraire ont le plus grand potentiel d’évolution avec ces changements climatiques sont celles qui vivent dans des conditions situées entre les deux extrêmes.

L’équipe de recherche composée de chercheurs des universités d’Oviedo, de Málaga, d’Exeter, de Western Australia et de la Doñana Biological Station a étudié les données sur douze espèces d’oiseaux européens. « Nous avons été surpris de trouver un potentiel d’évolution réduit chez les oiseaux vivant au centre d’une aire de répartition », a déclaré le docteur Regan Early, du centre d’écologie et de conservation d’Exeter.

Certaines espèces pourraient réagir négativement aux changements climatiques, par exemple le Gobemouche noir ci-dessus/Crédits : Lip Kee

« Les raisons de ce phénomène ne sont pas claires, mais des niveaux élevés de concurrence dans les zones idéales d’habitation peuvent amener les oiseaux ayant certains traits spécifiques à survivre, ce qui signifie peu de variété génétique dans la population et donc peu de possibilités d’évolution. »

« Nous avons constaté que les populations d’oiseaux situées aux extrémités d’une aire de répartition, tout comme celles du centre, avaient une capacité réduite à évoluer », ajoute le docteur Jesus Martinez-Padilla, de l’université d’Oviedo. « C’est probablement parce qu’il vivent déjà dans des conditions difficiles pour leur espèce. Alors que le climat continue de se réchauffer, ces populations devront probablement se déplacer ou disparaître. C’est ce qui pourrait arriver au Gobemouche noir, dans le sud de l’Europe. Ces populations ont peu de variations génétiques comparées aux populations plus nordiques, ils ne sont donc pas adaptés à un climat changeant. Les oiseaux qui ne vivent ni dans les meilleures conditions environnementales, ni les mauvaises, semblent avoir le meilleur potentiel d’évolution. »

« L’évolution pourrait prolonger la période pendant laquelle ces populations peuvent survivre in situ, à mesure que les conditions se détériorent ou permettent à ces populations d’éviter une extinction locale », souligne Early.

Comprendre la probabilité que l’évolution puisse se produire avec ces espèces pourrait nous permettre de comprendre comment les espèces répondent aux changements climatiques.