Changement climatique : pas moins de 43 millions d’enfants déplacés en six ans selon l’UNICEF

inondations
Crédits : forrest9 / iStock

Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) a récemment publié un rapport alarmant. Selon ce document, pas moins de 43 millions d’enfants ont été déplacés entre 2016 et 2021 en raison du changement climatique, soit une moyenne de 20 000 par jour.

Une situation dramatique qui pourrait encore s’aggraver

En 2022, OXFAM France évoquait une augmentation progressive du nombre de réfugiés climatiques. Les projections annonçaient une progression allant de 260 millions de réfugiés climatiques en 2030 jusqu’à 1,2 milliard en 2050. La situation est donc critique. Rappelons au passage que le terme « réfugié climatique » concerne des personnes forcées de fuir leur lieu de vie lorsque leur existence est menacée par les aléas climatiques exacerbés par les actions humaines. Il peut s’agir de sécheresses, d’inondations et tempêtes, dont les apparitions sont de plus en plus fréquentes ou intenses.

Si les chiffres concernent souvent les réfugiés climatiques dans leur globalité, il est important de rappeler que parmi ces populations, se trouvent des enfants. Le 6 octobre 2023, l’UNICEF a donc publié un rapport qui estime à 43,1 millions le nombre d’enfants déplacés entre 2016 et 2021 en raison du changement climatique. Ce rapport incarne la première analyse mondiale concernant le nombre d’enfants ayant dû fuir leur habitat suite à des évènements climatiques extrêmes. Or, cette tendance a malheureusement de fortes chances de s’aggraver à l’avenir.

UNICEF enfants réfugiés climatiques
Crédits : UNICEF

Des données sous-estimées selon l’UNICEF

L’UNICEF explique s’être appuyé sur les données démographiques des pays concernés, mais aussi sur celles de l’Observatoire des situations de déplacements internes (IDMC). Malgré cette volonté de précision, les auteurs pensent que le nombre de 43,1 millions est largement sous-estimé. En effet, certains de ces déplacements sont imputables à des phénomènes dont l’évolution est lente, notamment les sécheresses. Cette sous-estimation concernerait aussi des déplacements d’enfants en lien avec des évacuations préventives.

Certaines régions semblent en tout cas plus vulnérables que d’autres. Le rapport souligne que les trois pays ayant enregistré le plus grand nombre de déplacements d’enfants sont les Philippines (9,7M), l’Inde (6,7M) et la Chine (6,4M). Ces pays ont une population très large comportant de très nombreux enfants et ont une situation géographique favorable aux évènements climatiques extrêmes. Par ailleurs, le rapport pointe aussi une vulnérabilité au niveau de l’Afrique ainsi que des petits pays insulaires. Par exemple, la Dominique (Caraïbes) a constaté le déplacement de 76 % de ses enfants suite à des ouragans et des tempêtes tropicales.

Enfin, l’UNICEF souligne que les inondations pourraient déplacer environ 96 millions d’enfants d’ici à 2050. Concernant les ouragans et tempêtes tropicales, ce nombre pourrait être de 10,3 millions et 7,2 millions pour le phénomène de submersions marines (montée des eaux). L’UNICEF espère que les décideurs politiques mondiaux prendront conscience du problème lors de la COP 28 qui se tiendra à Dubaï du 30 novembre au 12 décembre 2023.