in

Dubaï : des chocs électriques dans les nuages pour faire tomber la pluie

Crédits : smarko/Pixabay

Il y a quelques jours, le service météorologique des Émirats arabes unis partageait des images de pluies abondantes arrosant la ville de Dubaï. En réalité, ces intempéries ont reçu un petit “coup de pouce”. Des drones ont en effet été libérés pour “choquer” les nuages et provoquer ainsi la formation de précipitations.

Certains pays, comme l’Allemagne, la Belgique et la Chine, ont récemment subi des pluies torrentielles entraînant des inondations meurtrières. Pendant ce temps, au cœur des Émirats arabes unis, la ville de Dubaï est quant à elle régulièrement sujette à des températures extrêmes et le manque d’eau se fait de plus en plus ressentir. Pour pallier ce manque de précipitations, les autorités ont décidé de faire appel à la technologie.

Au cours de ces dernières années, la ville a en effet investi dans différents projets de recherche visant à favoriser la formation de pluie dans le ciel émirati. Au moins neuf programmes différents auraient ainsi profité de subventions pour un total de plus de dix millions d’euros. Et visiblement, ça fonctionne. L’un de ces projets a en effet récemment permis d’arroser la ville et ses environs.

Des chocs électriques dans les nuages

Développée par une équipe de l’université de Reading (Angleterre), cette approche consiste à s’appuyer sur des drones pour envoyer des décharges électriques dans les nuages. De cette manière, les gouttes d’eau présentes à l’intérieur sont “poussées” à s’agréger entre elles pour “former des gouttes suffisamment grosses et lourdes pour tomber au sol sans s’évaporer au cours de leur descente“, expliquait récemment Keri Nicoll, météorologue qui participe à ces recherches. Des tests avaient déjà été menés avec au Royaume-Uni et en Finlande pour éprouver la méthode.

Le service météorologique des Émirats arabes unis a ainsi récemment publié des vidéos témoignant de ces averses. À certains endroits, les pluies ont même inondé temporairement les routes qui peinaient à évacuer le trop-plein d’eau.

D’autres projets financés à Dubaï se basent quant à eux sur des procédés différents visant à ensemencer les nuages. Ce type de stimulation repose principalement sur l’injection d’aérosols tels que l’iodure d’argent. Des expériences ont été réalisées sur différents types de nuages au cours de ces dernières décennies, mais les résultats n’ont pas souvent été probants en raison de la difficulté à lier clairement l’apparition ou le renforcement des précipitations aux injections d’aérosols. Toutefois, de ce côté, la situation évolue également. Récemment, et pour la première fois, des expériences ont en effet permis d’établir de façon univoque cet effet dans l’Idaho (États-Unis).