Afin de démontrer le potentiel du bio-photovoltaïque, des chercheurs de l’Université de Cambridge ont mis au point la Moss Table, un concept de table qui utilise les plantes pour générer de l’électricité capable de faire fonctionner nos appareils.

Alex Driver et Carlos Peralta sont les deux chercheurs de l’Université de Cambridge qui sont à l’initiative du concept de la Moss Table, un générateur organique d’électricité qui tend à montrer le potentiel de la technologie du bio-photovoltaïque. Le concept est étonnant, mais simple. De petites plantes, de la mousse des bois, intègrent la table et génèrent chacune un peu d’électricité par photosynthèse.

Cette mousse des bois, ou bryophyte terrestre est placée à l’intérieur de la table, sous une vitre qui laisse passer la lumière. Des fibres conductrices placées à l’intérieur de la table capturent des électrons afin de transformer l’énergie chimique dégagée durant le processus de photosynthèse en énergie électrique cumulable, stockée dans une batterie intégrée à la table. À ce stade du concept, l’électricité produite est capable d’alimenter une lampe de bureau ou une horloge numérique, par exemple.

Produire de l’énergie en masse n’est pas le propos pour le moment, le bio-photovoltaïque n’en est en effet qu’à ses prémices. Cependant, il pourrait commencer à jouer un rôle domestique de complément pour les prochaines habitations durables, et à terme, avec un développement plus poussé, les chercheurs comptent rendre la Moss Table capable de recharger nos gadgets nomades, comme les ordinateurs portables.

Source : aqnb

– Crédits photo : Cambridge University