in

Cette start-up veut produire de la nourriture dans des trous en profondeur

Crédits : GreenForges

Au Québec, une société désire construire des fermes verticales souterraines. Ce concept inédit trouve son origine dans une hypothèse assez curieuse au premier abord : l’agriculture de demain devrait se déployer verticalement et sous terre. Qu’en est-il de ce projet aussi ambitieux que surprenant ?

Un nouveau concept de fermes verticales

Évidemment, lorsque l’on pense aux cultures agricoles, la première image est celle d’un grand champ de blé ou de maïs. Pourtant, le fondateur de la start-up québécoise GreenForges a une toute autre vision. Dans un article de TechCrunch du 13 octobre 2021, Philippe Labrie explique que le futur de l’agriculture se trouve sous terre et de manière verticale. Il faut dire que les fermes verticales rencontrent un certain succès depuis quelques années. Citons par exemple Jungle, un concept de fermes verticales maraîchères dont le prototype se trouve entre Paris et Reims. Évoquons également ce projet singapourien de ferme verticale se destinant à l’aquaculture (élevage de poissons), la première au monde.

D’une manière générale, les fermes verticales occupent moins d’espace au sol, peuvent se trouver en ville, ont un meilleur rendement, ne dépendent pas des aléas en lien avec le climat et consomment moins d’eau. Le concept de GreenForges reprend donc l’idée en y ajoutant la volonté d’occuper un espace souterrain – après avoir creusé un trou.

fermes verticales soutérraines 2
Crédits : GreenForges

De nombreux avantages

Au printemps 2022, la première ferme verticale souterraine de GreenForges verra le jour à Montréal (Québec). Les responsables prévoient d’y utiliser des techniques déjà efficientes : culture hors-sol irriguée par une solution nutritive, éclairage LED et contrôlé automatisé pour l’humidité et la température, entre autres. La particularité de ce type de ferme est que lorsque les récoltes arrivent à maturation, la colonne se trouvant dans le sol est ramenée à la surface. Par ailleurs, les trous mesureront 15 mètres de diamètre pour 30 mètres de profondeur maximum. Cette profondeur est similaire à celle d’un parking souterrain de dix étages. Pour Philippe Labrie, il s’agit aussi d’ajouter une valeur monétaire aux souterrains des bâtiments.

Le gain de place n’est pas le seul avantage que propose la start-up. En effet, les fermes verticales en surface doivent habituellement assumer d’importants coûts énergétiques en raison du système de ventilation. En effet, ce dernier doit être constamment en marche car les conditions extérieures et la température sont changeantes. Or, la température est plutôt stable en profondeur – généralement entre 5 et 10 °C, et ce peu importe les conditions en surface. Évidemment, il incombe de chauffer légèrement, mais ceci se fait de manière constante, ce qui génère des économies. De plus, GreenForges désire installer ses fermes seulement dans des lieux où l’électricité provient de sources renouvelables.

En somme, la société promet une amélioration de 30 à 40 % de l’efficacité énergétique par rapport aux fermes verticales en surface. Dans un premier temps, il est question de produire 2 400 laitues par mois dans la première ferme du genre, avant d’augmenter de manière constante la variété des cultures et la production.