in

Cette semaine, la Nasa joue littéralement avec le feu dans l’espace

Crédits : Pixabay

Au début de cette semaine, la deuxième phase de la mission Saffire a été lancée. Elle consiste à étudier comment le feu se propage dans l’espace afin d’assurer la sécurité des astronautes. Alors depuis le lundi 21 novembre, des feux sont volontairement déclenchés à bord du vaisseau cargo Cygnus.

Le métier d’astronaute est un métier à grand risque et le succès des différentes missions dépend d’un haut niveau de performances humaines et matérielles. Parmi les risques qui guettent ces travailleurs de l’espace, notamment ceux qui participeront aux longues missions prévues dans le futur, on retrouve les incendies. Ainsi, pour étudier avec précision et comprendre la manière dont le feu se propage dans le vide spatial, la Nasa a lancé la mission Saffire.

La mission Saffire (ou Spacecraft Fire Experiment) connaît cette semaine sa deuxième phase sur trois (la troisième aura lieu en mars 2017) après une première phase qui s’est déroulée au cours du mois de juin dernier. Cette expérience est menée à bord du vaisseau cargo Cygnus qui est arrivé à la Station Spatiale Internationale à la fin du mois d’octobre dernier pour ravitailler l’équipage en nourriture, fournitures et matériel scientifique. Ce vaisseau dispose également d’une capsule « consommable » destinée à être brûlée dans l’atmosphère. Ainsi, que l’expérience réussisse ou pas, cette capsule est vouée à disparaître en fumée.

Le lundi 21 novembre, les expériences de la deuxième phase de la mission Saffire ont commencé et l’équipe a commencé à enflammer les neuf matériaux testés pour l’occasion en utilisant un fil chaud. Les résultats de l’expérience seront enregistrés par des capteurs et une caméra et les données seront envoyées sur Terre par télémétrie, nous apprend Motherboard.

Quels sont ces matériaux ? Il s’agit des matériaux que l’on trouve le plus à bord de l’ISS, soit un échantillon de combinaison d’astronaute, une fenêtre en plexiglas telle que celles utilisées sur l’ISS, des matériaux composites à base de silicone et des fragments de réservoir. Tous ont les mêmes dimensions, soit 8 x 28 cm.

Avatar

Rédigé par David Louvet-Rossi