in

Cette salamandre est restée immobile dans sa grotte… pendant sept ans

Une salamandre des grottes. Crédits : Balázs Lerner & Gergely Balázs

En Bosnie-Herzégovine, des chercheurs ont suivi les mouvements de salamandres des grottes pendant plusieurs années. L’une d’elles n’aurait pas esquissé le moindre mouvement en sept ans.

Vous êtes plutôt du genre pantouflard et vous culpabilisez ? Rassurez-vous, il y a pire dans le monde ! Dans les grottes sous-marines de Bosnie-Herzégovine, il existe des salamandres blanches (Proteus anguinus) connues pour ne pas être, disons, très actives. Des chercheurs ont récemment étudié leurs comportements. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ces amphibiens méritent bien leur réputation.

Immobile pendant sept ans

Pour découvrir à quel point ces animaux sont sédentaires, des chercheurs de l’Université Eötvös Loránd, en Hongrie, ont marqué et suivi dix-neuf spécimens évoluant dans un système de grottes sous-marines, à l’est de la Bosnie-Herzégovine, entre 2010 et 2018. Au moins cent jours s’écoulaient entre chaque visite des chercheurs-plongeurs.

Au terme de cette étude, il est ressorti que la plupart des salamandres s’étaient déplacées de moins de dix mètres, même si les chercheurs ont relevé une “hyperactive” qui aurait parcouru plus de trente mètres en 230 jours. Mais plus impressionnant encore : l’un des spécimens n’aurait pas du tout bougé pendant 2569 jours, soit plus de sept ans.

Bien évidemment, il est possible que toutes ces salamandres aient bougé plus que prévu, dans la mesure où il s’écoulait parfois plusieurs semaines entre chaque relevé. Néanmoins, pour le spécimen qui nous intéresse, il semblerait qu’il n’ait véritablement pas bougé d’un seul millimètre. Ou alors il revenait exactement au même endroit systématiquement.

salamandre
Crédits : Javier Abalos Alvarez/Wikimedia Commons

Pas de raisons de se presser

Bien qu’elles soient aveugles, ces salamandres ont d’autres sens très développés (chimiques, magnétiques et acoustiques), de sorte que leur manque de mouvement ne peut pas être attribué à des difficultés d’orientation. Pour Gergely Balázs, principal auteur de l’étude, la “stratégie de prédation des salamandres” pourrait en revanche facilement expliquer cette immobilité extrême.

Leurs proies sont en effet de petits crustacés qui se font parfois très rares dans cet environnement isolé. Les prédatrices préfèrent ainsi patienter, immobiles, en ralentissant leur métabolisme jusqu’à ce qu’un petit crabe ou qu’une petite crevette passe “par là” plutôt que de dépenser de l’énergie inutilement en chassant.

On souligne également que ces salamandres peuvent rester sans manger pendant plusieurs années et qu’elles n’ont aucun prédateur naturel. Par ailleurs, elles ne se reproduisent qu’une fois tous les 12,5 ans. Alors finalement, pourquoi se presser ?

Source

Articles liés :

Cette salamandre est le plus grand amphibien du monde

Qu’est-ce que le parasitisme de couvée ?

Une espèce de salamandre incroyablement rare découverte pour la première fois en 42 ans