in

Cette patiente Covid-19 découvre son nouveau-né après être sortie du coma

Crédits : capture vidéo / Radio Free Europe

En Hongrie, des médecins ont décrit un cas qui est selon eux fascinant. Une femme atteinte de la Covid-19 n’a su qu’elle avait mis au monde un enfant qu’un mois après son accouchement. Pendant tout ce temps, elle se trouvait dans un coma artificiel et les médecins étaient pessimistes à son sujet.

Un coma artificiel de quarante jours à cause de la Covid-19

En fin d’année 2020, Szilvia Bedo-Nagy était enceinte de 35 semaines lorsqu’elle fut l’objet d’un test positif au coronavirus SARS-CoV-2. Après s’est placée elle-même en isolement, son état s’est rapidement aggravé si bien qu’elle fut transportée en urgence dans un hôpital de Budapest (Hongrie). Comme l’explique Radio Free Europe dans une vidéo du 19 mai 2021, Szilvia Bedo-Nagy a accouché à l’hôpital, mais le saura beaucoup plus tard.

Il s’avère que la future mère avait contracté une pneumonie. Ne pouvant plus respirer, elle a été admise en soins intensifs et fut placée sous ventilateur, puis sous poumon artificiel. Après cela, les médecins l’ont plongée dans un coma artificiel durant une quarantaine de jours. Seulement, voilà, Szilvia Bedo-Nagy a accouché le jour de son admission à l’hôpital, d’un enfant ayant vu le jour par césarienne. La mère prendra connaissance de son accouchement seulement un mois plus tard, après son réveil.

maman coma coronavirus covid-19
Crédits : capture vidéo / Radio Free Europe

Une véritable miraculée selon les médecins

Le mari de Szilvia Bedo-Nagy s’est occupé de leur fille sans vraiment savoir si sa femme allait survivre ou non. Il faut dire que les médecins étaient très pessimistes sur la suite des événements. La Hongrie a le plus fort taux de mortalité au monde pour 100 000 habitants en ce qui concerne les patients Covid-19. De plus, jusqu’à 80 % des patients placés sous respirateur ne survivent pas. Néanmoins, Szilvia Bedo-Nagy est finalement revenue à elle contre toute attente. Logiquement désorientée à son réveil, celle-ci cherchait à savoir quand elle avait accouché.

Les médecins estiment que Szilvia Bedo-Nagy est une miraculée. Selon eux, lorsque l’approvisionnement en oxygène des organes vitaux n’est pas suffisant, le poumon artificiel est la seule solution qui peut sauver la vie d’un patient. Les experts ont également affirmé que la rémission d’un cas aussi complexe était une première en Europe Centrale. Aujourd’hui, la mère et sa petite famille vont très bien. En revanche, elle a encore du mal à marcher et doit utiliser des béquilles en raison de ses escarres, ces plaies dues à une immobilisation prolongée.