in

Quelle est cette nouvelle technique de navigation spatiale de la NASA ?

Crédits : Pexels

L’Agence spatiale américaine a récemment dévoilé avoir mis au point un équivalent du GPS pour la navigation spatiale. Véritable révolution dans ce domaine, cette technologie serait basée sur des pulsars.

Un pulsar est un objet astronomique allant de l’ordre de la milliseconde à quelques dizaines de secondes. Il s’agirait d’une étoile à neutrons émettant un fort rayonnement électromagnétique dans la direction de son axe magnétique, et capable de tourner très rapidement sur elle-même.

Ainsi, le pulsar étant un moyen intéressant de se repérer, la NASA vient de concevoir un type de navigation autonome capable de localiser et de guider des engins spatiaux robotisés envoyés dans les confins de l’espace. Le but pour l’Agence spatiale américaine est clairement d’améliorer ses méthodes d’exploration spatiale, et donc d’envisager des missions impossibles à réaliser pour les humains, comme l’indique un communiqué officiel du 11 janvier 2018.

Le dispositif en question a été baptisé Station Explorer for X-ray Timing and Navigation Technology (SEXTANT). Ce dernier utilise une technologie à rayons X très avancée capable d’identifier les pulsars millisecondes et les considérer comme s’il s’agissait de petits GPS.

Chef du projet SEXTANT, Jason Mitchell estime que cette avancée « marque un avant/après dans l’histoire de l’exploration spatiale », et évoque une « percée pour la future exploration de l’espace lointain », des propos rapportés dans une publication dans la revue Nature. En effet, les pulsars sont connus pour être des étoiles dont l’émission des signaux est très régulière.

Enfin, rappelons que l’acronyme SEXTANT qualifiant cette nouveauté qu’est la navigation spatiale par rayons X, est en réalité tiré du même terme relatif à un instrument terrestre dont le but est de mesurer l’angle entre l’horizon et un objet lointain tel qu’un phare – ou un astre – à des fins de navigation, principalement maritime.

Sources : Futurism – Mashable