in

Cette nouvelle espèce de dinosaure herbivore a pioché ses caractéristiques chez plusieurs familles

Crédits : adolfo-atm / Pixabay

Une nouvelle espèce de dinosaure a été découverte dans le sud du Chili. Mais l’étude de ses ossements donne lieu à des interrogations : l’animal serait bien différent des autres dinosaures de sa famille.

Alors qu’il était dans les Andes avec ses parents géologues, Diego Suarez a fait une découverte hors du commun pour un petit garçon de seulement 7 ans : il a trouvé par hasard des fossiles, dans des roches, datant d’il y a 145 millions d’années. Le dinosaure est alors nommé Chilesaurus (en référence au lieu où il a été découvert) Diegosuarezi (en référence au petit Diego qui l’a trouvé).

Le Chilesaurus Diegosuarezi serait un herbivore de la famille des théropodes : parmi eux, le Vélociraptor ou le Tyrannosaurus, de véritables carnivores. Mais les chercheurs pensaient au début que les ossements appartenaient à trois espèces différentes, tant ses caractéristiques diffèrent de celles de ses semblables : elles correspondent en réalité à plusieurs familles de dinosaures. « Sa ceinture pelvienne ressemble à celle des ornithischiens (…) et ses pattes arrière — larges et à quatre doigts — sont beaucoup plus similaires aux sauropodomorphes primitifs », explique Bernardino Rivadavia, un chercheur du Musée des Sciences Naturelles, à Buenos Aires.

Il aurait mesuré 3 mètres de long et aurait été herbivore pour plusieurs raisons. Son corps montre qu’il était habitué à un régime alimentaire précis : son petit crâne, ses dents en forme de feuilles et son bec prouveraient qu’il se nourrissait seulement de plantes. Ses dents sont similaires à celles des dinosaures primitifs et qui avaient évolué en raison de leur régime alimentaire.

Ce dinosaure, qui est comme un assemblage de plusieurs espèces, est, pour les chercheurs, le résultat d’une convergence évolutive. Selon Martin Ezcurra, le Chilesaurus Diegosuarezi représente « l’un des cas les plus intéressants d’évolution convergente documentés dans l’histoire de la vie ».

Sources : Sciences et Avenir, 20 minutes.