in

Cette IA veut protéger les baleines en écoutant leur chant !

Crédits : Pixabay

Le géant Google s’est associé à une équipe de chercheurs afin d’utiliser de nombreux enregistrements de chant de baleines à bosse. Le but ? Mieux comprendre le déplacement de ces animaux et les protéger, principalement des accidents impliquant des bateaux.

Google AI collabore actuellement avec des cétologues de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) afin de mettre au point un outil d’analyse encore inédit, comme l’indique un communiqué du 29 octobre 2018. Il s’agit d’un dispositif basé sur une intelligence artificielle capable d’identifier les baleines à bosse simplement en écoutant leur chant.

Les chercheurs ont formé l’IA par le biais de 170 000 heures d’enregistrements sous-marins. Ceux-ci ont été compilés par la NOAA depuis environ une quinzaine d’années, et sont en provenance de plus d’une dizaine de régions de l’océan Pacifique. Il s’agit de données particulièrement intéressantes concernant les habitudes des baleines, qui peuvent donc permettre d’identifier les zones sensibles. Il faut savoir que les principales causes de mortalité – non naturelles – de ces animaux marins sont les collisions avec les navires ainsi que les problèmes rencontrés avec le matériel de pêche.

En revanche, les chercheurs ont estimé qu’il faudrait pas moins d’une vingtaine d’années pour analyser les enregistrements. C’est ainsi que Google a proposé son aide via son réseau neuronal profond capable – après entraînement avec les enregistrements de la NOAA – d’identifier les espèces de baleine simplement en écoutant leur chant. L’IA permettrait de retracer le parcours des baleines à bosse, et ainsi d’identifier les zones que les bateaux peuvent éviter afin de réduire au maximum les collisions et autres accidents.

Google a indiqué que son IA pourrait permettre de mieux comprendre l’évolution des baleines à bosse, et être adaptée à d’autres espèces telles que les orques résidentes du Sud. Rappelons également que cette initiative fait partie d’un projet plus large de Google – le programme AI for Social Good. Il réunit l’intégralité de ses travaux basés sur l’IA ayant un but à caractère environnemental ou social.

Sources : TechCrunchFutura Sciences

Articles liés :

Baleines et requins : les nouvelles victimes de nos déchets microplastiques

Cet ancêtre des baleines vous aurait déchiré en lambeaux

Aucune naissance pour les baleines noires cette année, pire bilan depuis 30 ans