De plus en plus utilisée, la reconnaissance de visage est parfois perçue comme une menace pour la vie privée. Et pourtant, des chercheurs ont récemment mis au point un système de reconnaissance faciale piloté par une intelligence artificielle, capable de vous reconnaître même avec le visage masqué.

Des chercheurs de l’Institut Max Planck situé à Saarbrücken (Allemagne) ont décrit dans une publication (en PDF) une méthode capable de reconnaitre un visage même s’il est dissimulé. Ce dispositif est mené par une IA entrainée à faire des liens au niveau des caractéristiques morphologiques de l’individu, obtenues par le biais d’images plus anciennes.

Baptisée Faceless recognition system, la méthode consiste à entrainer un réseau de neurones à reconnaitre des visages sur des collections de photos de bonne et de mauvaise qualité. L’IA se permet ensuite d’apporter des « prédictions » sur les visages peu lisibles en prenant en compte des traits morphologiques et corporels clairement identifiés sur des photos de bonne qualité montrant la même personne.

Le système est assez précis, mais cela dépend du nombre de visages lisibles sur les différentes photos. Cependant, seulement 1,25 occurrence du visage d’un individu suffit pour identifier ce même individu à raison de 69,9%. Dans le cas d’une dizaine d’occurrences de visages lisibles, cette précision se situera à 91,5%.

Seong Joon Oh et al

Crédits : Max-Planck Institute for Informatics

Ainsi, les photos présentes par exemple sur les réseaux sociaux sont une « proie » idéale pour ce type de système. Cependant, la méthode affiche ses limites lorsque les photos sont issues d’événements différents et éloignés dans le temps, au niveau de variations de vêtements portés par les personnes ou au niveau de l’éclairage lors de la prise de la photo. L’efficacité du système prend alors un sacré coup au niveau de la précision.

Côté éthique, les chercheurs de l’Institut Max Planck tentent de prévenir les internautes : « Du point de vue de la vie privée, les résultats présentés ici soulèvent quelques inquiétudes. Il est très probable que des systèmes similaires soient déjà en service sur le web. Il est de la responsabilité de la communauté des chercheurs de quantifier et diffuser des informations sur les risques de la diffusion de photos privées sur Internet » indiquent-ils.

En effet, Facebook a déjà atteint des précisions allant jusqu’à 83% pour ce qui est d’identifier des personnes à partir d’une photo de mauvaise qualité, en prenant en compte la silhouette, des résultats qui devraient encore s’améliorer dans les prochaines années.

Sources : Daily Mail – Motherboard