in ,

Cette fusée est presque entièrement imprimée en 3D

fusée terran 1
Crédits : Relativity Space / Twitter

Depuis quelque temps, des fusées sont partiellement construites avec les procédés d’impression 3D. Dernièrement, La start-up américaine Relativity Space a présenté son ambitieux projet Terran 1 après plusieurs années de développement.

La plus haute structure métallique issue de l’impression 3D

L’impression 3D est de plus en plus présente dans le monde de l’aérospatial. En 2020, la NASA expliquait vouloir fabriquer le moteur des futures fusées à l’aide de cette technologie dans le cadre du programme Artemis. En 2022, la start-up française Latitude présentait un prototype de moteur de fusée imprimé en 3D. La société Relativity Space a également décrit un projet similaire et la fusée Terran 1, qui a été produite grâce à la fabrication additive, se trouve aujourd’hui sur une plate-forme de lancement en vue d’un potentiel décollage.

Il faut savoir que le corps entier de la fusée ainsi que toutes les parties des moteurs proviennent d’une impression avec la technologie de dépôt de matière sous énergie concentrée (DED). Deux solutions ont été utilisées : l’impression métallique Stargate ainsi que la fusion laser sur lit de poudre. En outre, selon la start-up, la fusée Terran 1 est la plus haute structure métallique construire majoritairement à l’aide de l’impression 3D.

« Son architecture révolutionnaire, unique et pilotée par logiciel est capable de répondre aux besoins changeants des clients satellites, tout en offrant le service de lancement le plus agile et le plus abordable du marché », a déclaré Relativity Space.

Une plus grande fiabilité grâce à l’impression 3D

Comme l’indique le site Teslarati dans un article du 7 décembre 2022, fabriquer la fusée Terran 1 au moyen de l’impression 3D présente certains avantages. Premièrement, la technologie permet d’obtenir une construction jusqu’à dix fois plus rapide qu’avec les techniques habituelles tout en offrant une plus grande fiabilité. En effet, les pièces imprimées en 3D s’assemblent parfaitement et leur haute résistance garantit la solidité de la fusée.

Dans un premier temps, la fusée Terran 1 devrait œuvrer pour le déploiement et le réapprovisionnement des constellations de satellites. Néanmoins, Relativity Space désire en faire dans les prochaines décennies la première fusée imprimée en 3D lancée depuis la planète Mars. Dans l’immédiat, la prochaine étape pour Relativity Space sera de lancer une autre fusée de sa conception : la Terra R. Il s’agit ici d’un engin qui, en plus d’avoir été fabriqué entièrement à l’aide de l’impression 3D, est réutilisable. Ce lancement devrait se produire en 2024 depuis la base de Cap Canaveral en Floride (États-Unis).

Yohan Demeure

Rédigé par Yohan Demeure

Licencié en géographie, j’aime intégrer dans mes recherches une dimension humaine. Passionné par l’Asie, les voyages, le cinéma et la musique, j’espère attirer votre attention sur des sujets intéressants.