in

Cette étoile massive en formation cachait un petit compagnon

Vue d'artiste du disque de poussière et de gaz entourant l'imposante étoile en formation MM 1a, avec son compagnon MM 1b se formant dans les régions extérieures. Crédits : JD Ilee, Université de Leeds

Une équipe d’astronomes rapporte la découverte, à environ 10 000 années-lumière, d’une étoile massive en formation. Petite particularité : cette dernière n’est pas seule, accompagnée d’une étoile bien plus petite.

En 2017 une équipe d’astronomes annonçait avoir observé, depuis le désert chilien, la formation d’une jeune étoile massive nommée MM 1a, à environ 10 000 années-lumière de la Terre. De récentes analyses de suivi ont pourtant rendu compte que MM 1a n’était pas seule. L’étoile était accompagnée d’un deuxième objet plus faible, également en formation, baptisé MM 1b. À la grande surprise des chercheurs, il ne s’agit pas ici d’une planète en formation, mais bien d’une seconde étoile, plus petite, ramassant les miettes laissées par la plus grande.

«Nous assistons à la naissance d’une autre étoile»

«Dans ce cas, l’étoile et le disque que nous avons observés sont si gigantesques que, plutôt que d’assister à la formation d’une planète dans le disque, nous assistons à la naissance d’une autre étoile», explique en effet dans un communiqué John Ilee, chercheur en astronomie à l’Université de Leeds (Royaume-Uni), et principal auteur de l’étude publiée dans The Astrophysical Journal Letters.

Les observations faites avec l’Atacama Large Millimeter / submillimetre Array (ALMA) révèlent que MM 1a est énorme : environ 40 fois la masse du Soleil. La plus petite des deux, MM 1b, est environ deux fois moins massive que notre étoile. Une différence de taille inhabituelle dans les systèmes binaires. «De nombreuses étoiles massives plus anciennes se trouvent avec des compagnons proches, poursuit le chercheur. Mais les étoiles binaires ont souvent une masse très égale et sont probablement formées ensemble. Trouver un système binaire jeune avec un rapport de masse de 80: 1 est très inhabituel et suggère un processus de formation totalement différent pour les deux objets».

étoile binaire
Crédits : ESO

Un système éphémère

Les chercheurs notent que si MM 1b se contente effectivement des « miettes », elle pourrait également avoir son propre disque de débris permettant la formation de planètes. C’est au niveau du timing que l’affaires se corsent. Les étoiles très massives comme MM 1a ont en effet une durée de vie très courte – environ un million d’années – au-delà de laquelle elles finissent pas exploser en supernova. MM 1b pourrait alors former autant de planètes qu’elle le souhaite. Tout ce beau monde risque fort de disparaître dans quelques centaines de milliers d’années seulement. En d’autres termes, ne vous attachez pas trop.

Source

Articles liés : 

Est-il possible d’observer les toutes premières étoiles supermassives de l’Univers ?

Voici la quantité de lumière émise par les étoiles depuis le début de l’Univers

Des systèmes planétaires sans étoiles sont-ils possibles ?