in

Cette baleine vieille de 33 millions d’années est-elle un chaînon manquant ?

Reconstitution artistique d'une mère Maiabalaena nesbittae et de son petit. Crédits : Alex Boersma.

De nouvelles analyses faites sur un fossile découvert il y a plus de quarante ans ont permis d’identifier une nouvelle espèce de baleine vieille de 33 millions d’années. Celle-ci, ne possédant ni dents ni fanons, pourrait constituer un chaînon manquant dans l’évolution des baleines.

Maiabalaena nesbittae, découverte dans les années 70 et reposant depuis dans la collection nationale de la Smithsonian institution, mesurait entre 4 et 5 mètres de long. Mais particularité plus importante : elle ne présentait ni dents, ni fanons (qui servent à filtrer les proies minuscules dans l’eau). Les chercheurs suggèrent alors un mode d’alimentation pas succion, qui ferait ici la transition entre les anciennes baleines à dents et les baleines modernes qui filtrent leurs proies. Les détails de l’étude sont publiés dans Current Biology.

Chaînon manquant

On retrouve aujourd’hui deux types de baleines : les baleines à dents (orques, cachalots, par exemple) et les baleines à fanons (baleines à bosse, baleines bleues, etc.). Au départ, toutes les baleines présentaient des dents, leur permettant d’arracher la chair pour ensuite la mâcher avant de la consommer. Mais il y a plusieurs millions d’années, la Terre a changé, la géologie a évolué (déplacement des continents), entraînant de ce fait une évolution des conditions océaniques (courants plus froids). Un changement des proies disponibles mena ensuite peu à peu les baleines à modifier leur stratégie d’alimentation.

De nombreuses baleines ont ainsi laissé tomber les dents, inutiles, pour des fanons permettant de filtrer de gros volumes d’eau. Ce faisant, les baleines peuvent désormais se nourrir de milliards de petits animaux sans forcément avoir à les mâcher. Ce qui motive alors les paléontologues aujourd’hui, c’est de retrouver une espèce qui puisse justement faire la transition entre les deux modes d’alimentation. Et cette espèce, c’est peut-être Maiabalaena nesbittae.

baleine cachalot
Crédits : Pixabay / Decokon

Un mode d’alimentation par succion

Bien qu’il ait été découvert il y a plus de 40 ans, cet ancien fossile reste compliqué à étudier, de nombreuses roches l’entourant encore aujourd’hui. Retirez la roche et vous détruirez le fossile. En revanche les nouvelles techniques d’analyse permettent aujourd’hui de passer outre. Carlos Mauricio Peredo et son équipe, de l’Université George Mason (États-Unis) se sont ici appuyés sur une technologie de tomographie dernier cri. Ils ont alors pu distinguer les signes révélateurs d’une baleine qui ne présentait ni dents ni fanons.

Les preuves suggèrent par ailleurs que l’animal filtrait ses proies. Les attachements musculaires sur les os de la gorge impliquent en effet la présence de fortes joues et d’une langue rétractable, signe révélateur que l’animal se nourrissait de poissons et calmars probablement par succion. Si tel est effectivement le cas, alors oui, Maiabalaena nesbittae est un chaînon manquant de l’évolution des cétacés. Les analyses d’autres fossiles seront néanmoins nécessaires pour convaincre l’ensemble de la communauté scientifique.

Source

Articles liés : 

Le rôle déterminant (et sous-estimé) du caca des baleines bleues

Cet ancêtre des baleines vous aurait déchiré en lambeaux

Les baleines à bosse de l’Antarctique se rétablissent peu à peu de leur quasi-extinction