in ,

Cette bactérie serait la clé pour de meilleures performances sportives !

Crédits : Pexels / Jeshoots

Des chercheurs américains désirent exploiter une bactérie dont l’influence sur les performances de certains sportifs a déjà été prouvée. Le but ? Permettre au commun des mortels d’augmenter sa résistance et ses capacités physiques dans le cadre des pratiques sportives.

Une bactérie abondante chez les marathoniens

Dans un article publié le 24 juin 2019, Scientific American rappelle que la bactérie Veillonella atypica a été identifiée en 2015. Celle-ci avait été repérée dans le microbiote de participants au marathon de Boston. Des échantillons de selles avaient été prélevés chez les coureurs une semaine avant et après la course, puis avaient été comparés à ceux de personnes faisant rarement du sport.

Ainsi, les marathoniens ont bien un petit plus leur permettant d’achever efficacement les dizaines de kilomètres à parcourir lors de ce genre de course ! En effet, le microbiote de ces sportifs contient beaucoup plus de Veillonella atypica que les autres.

Coureuses au Marathon de Boston.
Crédits : Flickr / 2014 Boston Marathon Elite Women

Combattre l’acide lactique

Des chercheurs de l’Université d’Harvard ont fait une découverte étonnante rapportée dans la revue Nature Medicine le 24 juin 2019. Ces derniers ont isolé la bactérie avant de l’administrer à des souris dont les performances ont été boostées. Or, il se trouve que la bactérie en question aide à combattre l’acide lactique produit par les muscles après un effort intense. Rappelons que l’acide lactique est à l’origine de douleurs musculaires, brûlures, crampes et autres nausées.

Les meneurs de l’étude ont pu observer que la bactérie Veillonella atypica allait encore plus loin. En effet, cette dernière est capable de convertir l’acide lactique en propionate (ou acide propanoïque), un acide gras à chaîne courte connu pour être un additif alimentaire (E280). Les scientifiques américains évoquent un «supplément probiotique» que les personnes pourraient prendre afin d’augmenter leurs capacités. Autrement dit, il deviendrait plus facile de faire de l’exercice, mais également de se prémunir de maladies chroniques telles que le diabète.

Si les chercheurs d’Harvard sont arrivés à cette conclusion, d’autres scientifiques ont rendu un avis plutôt négatif sur le propionate. Selon la publication dans la revue Science Translational Medicine du 24 avril 2019, le E280 pourrait jouer un rôle dans l’apparition de troubles métaboliques dont l’insulinorésistance.

Source

Articles liés :

En plein effort, dire des gros mots permettrait d’accroître ses performances !

Ils ont mis la main sur une “hormone de jouvence” capable de régénérer les muscles !

Une super-mamie de 92 ans devient la femme la plus âgée au monde à boucler un marathon