in ,

Cette araignée a des “oreilles” au bout des pattes !

Crédits : Robert Whyte / Wikipedia

L’araignée ogre ne possède pas d’oreilles. En revanche, celle-ci est capable d’entendre ses proies et ses éventuels prédateurs à au moins deux mètres de distance. Une récente étude a tenté d’apporter une explication à ce phénomène étonnant.

Sensible aux basses fréquences

Les araignées de la famille des Deinopidae (ou araignée ogre) portent leur nom en raison de leur apparence. En effet, celles-ci ont d’énormes yeux globuleux et milieu de la tête. Si ces yeux confèrent à ces araignées une bonne vision nocturne, leur principale caractéristique est tout autre. Les Deinopidae peuvent entendre leurs proies et leurs prédateurs à une distance d’au moins deux mètres. Or, ces araignées sont dépourvues d’oreilles. Une étude parue dans la revue Current Biology le 29 octobre 2020 s’est intéressée aux Deinopidae.

Selon les chercheurs de l’Université Cornell (États-Unis), ces araignées peuvent comme d’autres ressentir les vibrations agitant leur toile. Toutefois, celles-ci peuvent également ressentir les vibrations dans l’air, du jamais vu. Ceci est possible grâce à des récepteurs dédiés, au lieu d’oreilles. En effet, ces araignées portent des soies (trichobothries) les rendant sensibles au stimulus acoustique, et donc capables de capter les basses fréquences. Elles sont également dotées de sensilles, c’est-à-dire de petites structures situées sur la cuticule abritant les neurones sensoriels.

araignée 2
Crédits : dustaway / Flickr

Une technique de chasse fascinante

«Ces araignées ont des systèmes sensoriels finement réglés et une stratégie de chasse fascinante. C’est totalement unique. Ces araignées ont des yeux énormes pour pouvoir voir la nuit et attraper des choses au sol, mais elles peuvent assez bien entendre, en détectant le son à travers leur organe métatarsien, car ces araignées excellent à capturer des choses depuis les airs», a déclaré Jay Stafstorm, principal auteur de l’étude dans un communiqué.

Immobiles la plupart du temps, les Deinopidae se laissent descendre jusqu’au sol afin de tisser une toile faisant office de filet de pêche. L’objectif ? Attraper les insectes volants. Lorsqu’un bruit s’approche, les araignées effectuent une sorte de salto arrière pour capturer leur proie dans la toile. Or, cet acte résulte non pas de la vision mais de l’ouïe.

Les chercheurs ont soumis plusieurs araignées à différentes fréquences tout en suivant leur activité neuronale à l’aide d’électrodes sur leur cerveau et leurs pattes. Ainsi, les araignées réagissent à des stimuli allant de 100 à 1 000 Hz. Cette sensibilité auditive déclenche leur comportement de chasse. La prochaine étape pour les chercheurs sera de comprendre si les Deinopidae sont capables d’identifier l’origine du son dans l’espace.