in

Cette ancienne peinture égyptienne est si réaliste que les chercheurs peuvent identifier les oiseaux représentés

tableau égyptiens oiseaux
Une partie du tableau représentant des pigeons bisets. Crédit : : domaine public ; The Metropolitan Museum of Art

Une peinture égyptienne vieille de plus de 3 300 ans qui représente plusieurs oiseaux dans un marais est si détaillée que les chercheurs peuvent identifier les différentes espèces illustrées. Leurs travaux sont publiés dans la revue Antiquity.

Ces peintures ont été découvertes il y a environ un siècle sur les murs du palais d’Amarna. Il s’agit d’une ancienne capitale égyptienne située à environ 300 kilomètres au sud du Caire. Elle a été bâtie sous le règne du pharaon Akhenaton (le père du roi Toutankhamon). Les œuvres, excavées entre 1923 et 1925 par l’Egypt Exploration Society, étaient à l’époque si fragiles que l’égyptologue Nina de Garis Davies a décidé d’en faire des fac-similés (des copies).

Ces reproductions, qui représentent des nénuphars, papyrus et oiseaux, sont aujourd’hui tout ce qu’il nous reste de ces peintures. En 1926, une tentative de conservation des panneaux avec des consolidants (une substance destinée à les renforcer) avait en effet échoué, décolorant et assombrissant les peintures originales.

Bien que des études antérieures aient examiné la faune de la peinture murale, des chercheurs du musée d’histoire naturelle de l’Université d’Oxford et de l’Université de Cambridge ont tenté d’identifier plus précisément les espèces représentées. Pour ce faire, l’équipe s’est appuyée sur l’une des reproductions de l’œuvre d’art. Elle a également utilisé des documents de recherche ornithologiques et taxonomiques publiés précédemment.

Au moins cinq espèces

De nombreux oiseaux représentés sont des pigeons bisets (Columba livia). On distingue également un martin-pêcheur pie (Ceryle rudis), une pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) et une bergeronnette printanière (Motacilla alba).

Alors que le martin-pêcheur pie et le pigeon biset peuvent encore être trouvés en Égypte toute l’année, la pie-grièche écorcheur et la bergeronnette grise ne sont quant à eux que des oiseaux  » de passage », car migrateurs. La première espèce fréquente la région entre août et novembre, tandis que la seconde est présente de octobre à avril.

tableau égyptiens oiseaux
Une partie du fac-similé montrant le martin-pêcheur pie. Crédits : Reproduction par N. de Garis Davies
tableau égyptiens oiseaux
Les identifications proposées des oiseaux incluent les pigeons bisets (a à f), une pie-grièche écorcheur (g), une bergeronnette grise (h), un martin-pêcheur pie (i) et des espèces encore non identifiées (j à l). Crédits : Reproduction par N. de Garis Davies

Le chef-d’œuvre dépeint également un certain nombre de pigeons des rochers (Columba rupestris). Ces oiseaux ne sont pourtant pas originaires du marais représenté par ce papyrus, mais plutôt généralement associés aux falaises désertiques de la région. Pour les auteurs, les artistes ont probablement décidé de les inclure malgré tout pour magnifier la scène et « renforcer le sentiment d’une nature plus sauvage et indomptée« .

Curieusement, les artistes ont également peint les pies-grièches et les bergeronnettes avec des marques de queue triangulaires que les oiseaux n’ont pas en réalité. Les chercheurs émettent cette fois l’hypothèse que ces marques visaient à indiquer que les deux espèces ne visitaient l’Égypte que de manière saisonnière.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.