in

C’est quoi une transplantation fécale ?

Crédits : Pixabay / Elionas2

Peu ragoûtante sur le papier, la transplantation fécale pourrait un jour vous sauver la vie. L’idée consiste à transplanter des échantillons de selles d’une personne saine dans le corps d’une personne souffrant d’infections intestinales.

Nos bactéries intestinales sont nos meilleures alliées. En plus d’aider à digérer nos aliments, celles-ci nous protègent de beaucoup de maladies en repoussant les mauvaises bactéries qui cherchent à s’installer. Mais ils arrive parfois que la machine s’enraye et qu’un déséquilibre s’installe : c’est alors que les problèmes arrivent. L’un d’eux est une infection connue sous le nom de Clostridium Difficile, qui s’installe généralement après la prise répétée d’antibiotiques. Nos « bonnes » bactéries se retrouvent alors submergées. S’ensuivent alors des complications potentiellement mortelles.

Si tel est le cas, un transfert de selles peut alors être envisagé. Le but étant de pouvoir transplanter des bactéries saines dans le côlon d’une personne en détresse. Ce transfert est généralement effectué directement dans le gros intestin par coloscopie. Les selles peuvent également être intégrés par un tube inséré dans l’estomac, ou directement ingérées par voie orale (sous forme de pilule). Une fois en place, les « bonnes » bactéries auront pour objectif de proliférer, et d’œuvrer au rétablissement de l’équilibre intestinal.

Quant aux donneurs, ceux-ci devront subir un dépistage de toutes maladies. Les médecins recommandent aux donneurs – outre le fait de ne pas subir des troubles intestinaux – de ne pas avoir été exposés à des antibiotiques, ni de s’être faits tatoués ou percés au cours des six derniers mois. La consommation de drogues est également prohibée, et vous ne devez pas avoir voyagé dans des zones endémiques au cours des mois précédents un éventuel prélèvement de selles. Des tests de dépistage d’hépatites et du VIH seront également effectués.

Vous l’aurez compris, pour donner vos selles à la science, celles-ci doivent être irréprochables. Pour vous donner une idée, la société OpenBiome, qui relie les donneurs de selles aux éventuels bénéficiaires, n’accepte que 3% de ses donneurs potentiels après tous les tests effectués.

Source

Articles liés : 

À quel point vos intestins vous influencent-ils ?

Des bactéries vieilles de 15 millions d’années dans nos intestins

De nouveaux capteurs à avaler analysent nos intestins comme jamais