in

C’est officiel : Voyager 2 a quitté le système solaire

C'est officiel, les deux sondes Voyager ont quitté le système solaire. Crédits : NASA / JPL-Caltech

C’est officiel, la sonde Voyager 2, lancée en 1977, a renvoyé ses premières données depuis l’extérieur de notre système solaire. Elle vogue désormais entre les étoiles.

Il a fallu un an à la NASA pour confirmer officiellement que Voyager 1 avait atteint l’espace interstellaire. Sa cousine, Voyager 2 vient d’en faire autant. La sonde, propulsée dans l’espace par la NASA à la fin des années 70, avait en octobre dernier déjà enregistré une augmentation des rayons cosmiques en provenance de l’espace interstellaire, signe que les “bords” du Système solaire n’étaient pas très loin. Elle a renvoyé de nouvelles données il y a quelques jours, confirmant que cette limite (l’héliopause) avait finalement été atteinte.

Autrement dit, cela signifie que Voyager 2 a réussi à s’extirper de la zone d’influence de notre étoile. La sonde file désormais à plus de 57 000 km/h vers les constellations du Sagittaire et de Pavo, et devrait se rapprocher de l’étoile Ross 248 dans environ 40 000 ans.

Deux expériences différentes

Ce “passage de témoin” entre le Soleil et l’espace interstellaire nous a appris certaines choses. Les chercheurs ont notamment décelé quelques différences entre les données renvoyées par Voyager 2 et celles renvoyées par sa cousine en 2012.

Il semblerait, par exemple, que la dernière traversée ait été plus “douce” que la première. La limite franchie par Voyager 2 était donc probablement plus fine que celle traversée par Voyager 1. Ce qui signifie que l’héliopause n’a pas la même consistance en tout point.

Au-delà de notre système, les mesures de Voyager 2 ont également suggéré que des matériaux de la bulle solaire semblaient se propager dans l’espace interstellaire sur environ 170 millions de kilomètres. Ce que n’avait pas enregistré Voyager 1. Celle-ci, au contraire, avait enregistré des matériaux rentrés dans notre système depuis l’espace interstellaire.

voyager 2
Crédits : Nasa

Encore beaucoup d’interrogations

Ces données sont aujourd’hui très précieuses, mais l’héliopause reste en grande partie encore très mystérieuse. Au final, on ne connaît toujours pas sa forme, ni sa structure exacte. Les sondes ont en effet quitté notre système solaire dans une direction quasiment identique. « Voici toute une bulle que nous n’avons traversée qu’en deux points, a déclaré Stamatios Krimigis, de l’Université Johns Hopkins, lors d’une conférence de presse. Deux exemples ne suffisent pas ».

En attendant, le périple se poursuit. Tout comme sa cousine, Voyager 2 devrait pouvoir continuer à renvoyer des donner depuis l’espace interstellaire pendant environ cinq ans. Après quoi les réserves d’énergie seront totalement épuisées.

On rappelle que Voyager 2 reste à ce jour l’unique sonde à avoir survolé Neptune. C’était en 1986. Un passage éclair qui nous a permis de capturer les premières images de la géante, d’identifier une dizaine de nouveaux satellites naturels, et de mettre évidence que les anneaux très d’Uranus ne sont se sont pas formés en même temps que la planète.

Source

Articles liés :

Voici la plus petite planète naine du Système solaire

Une poussière venue “d’ailleurs” s’est incrustée dans notre système solaire

Un aperçu de l’avenir de notre système solaire