in

C’est un long voyage qui a peut-être mené Cérès à sa position actuelle

Crédits : Nasa

Nombreux sont les astres de notre Système Solaire qui n’ont pas toujours été localisés à l’endroit où ils se trouvent aujourd’hui. C’est peut-être le cas de la planète naine Cérès, comme le suggère la composition de poussière détectée à sa surface.

La planète naine Cérès aurait pu être formée bien plus loin du Soleil qu’elle ne l’est aujourd’hui, au-delà de sa zone de résidence actuelle, la ceinture principale d’astéroïdes. On sait que c’est aussi le cas d’autres planètes qui composent notre Système Solaire, comme Neptune ou Uranus, qui elles, à l’inverse, étaient plus proches du Soleil dans leur jeunesse qu’elles ne le sont aujourd’hui. Un long voyage a peut-être amené Cérès jusqu’à sa position actuelle, à environ 2,7 unités astronomiques (UA) du Soleil.

C’est grâce aux relevés et aux mesures effectuées par la sonde Dawn que cette hypothèse prend du poids. Ces mesures révèlent que la surface de Cérès est constituée en partie de minéraux hydratés et de glace, une composition très différente des astéroïdes qui l’entourent. Une autre étude menée par Pierre Vernazza, du Laboratoire d’astrophysique de Marseille (LAM) et réalisée à partir de données récoltées par SOFIA, le télescope volant de la Nasa, vient confirmer cette hypothèse.

Nasa

Cette étude a en effet permis d’identifier un type de poussière très fine à la surface de Cérès. Cette poussière représente environ 20% de la surface de la planète naine et il s’agit de particules de pyroxène, qui n’ont pas pu se former sur place. « Elle a une origine exogène et c’est probablement le reliquat d’une collision entre deux astéroïdes qui a eu lieu dans la partie externe de la ceinture principale, il y a environ dix millions d’années« , explique Pierre Vernazza, dans l’étude publiée dans The Astronomical Journal. « L’origine exogène de cette poussière confirme que Cérès est très différente des astéroïdes de même type spectral et cela indique que cet astre ne s’est probablement pas formé dans la ceinture d’astéroïdes« .

La présence d’ammoniac dans les argiles qui composent le sol de Cérès confirme également une origine plus lointaine de la planète naine. En effet, s’il est abondant dans le Système Solaire externe, il ne peut se condenser dans la ceinture d’astéroïdes, car elle est trop proche du Soleil. « Pour trouver de l’ammoniac, il faut aller très loin, à dix unités astronomiques du Soleil au moins » ajoute Pierre Vernazza.