in

Ces oiseaux sont capables de détecter les tempêtes à 900 kilomètres de distance

Crédits : Louis Agassiz Fuertes. / Wikipédia

En observant des Parulines à ailes dorées, des écologues de l’Université de Berkeley ont découvert que ces passereaux sont capables de détecter les tempêtes à des centaines de kilomètres de distance.

Les Parulines à ailes dorées sont de petits migrateurs, qui nichent au nord-est des États-Unis et au sud du Québec, et hivernent en Amérique centrale. L’équipe d’écologues, dirigée par Henry Streby observait ces oiseaux en avril 2014 dans les montagnes du Tennessee pendant leur période de nidification. Deux jours avant qu’un puissant front orageux à l’origine de 84 tornades et 32 morts n’arrive, les animaux ont fui vers le sud pour éviter le mauvais temps.

Il est connu depuis longtemps que les oiseaux migrateurs sont capables de changer de route pendant leur migration pour éviter les tempêtes et profiter des vents favorables, mais c’est la première fois qu’on observe ces animaux fuir leur aire de reproduction. Encore plus étrange, ils sont partis deux jours avant l’arrivée du front orageux, alors qu’ils se trouvaient encore à plus de 400 kilomètres, et qu’il n’y avait pas encore de signes évidents de l’arrivée d’une tempête dans l’environnement, comme des changements de la vitesse du vent vent, de la pression atmosphérique ou de la température. « Au moment où la Chaîne Météo nous disait qu’une tempête se dirigeait vers nous, les oiseaux étaient déjà en train de partir », dit Streby.

Il existe toutefois une explication à ce comportement. Les tornades sont des phénomènes très bruyants qui produisent notamment des infrasons, des sons de très basse fréquence inaudibles pour les humains. Il est possibles de détecter ces ondes sonores émanant de tempêtes à plus de 1 000 kilomètres de distance. Certains oiseaux, comme les pigeons y sont sensibles, et si cette capacité est aussi présente chez Parulines à ailes dorées, ils peuvent l’avoir utilisé pour détecter l’arrivée des tornades.