in

Ces deux étoiles se tournent autour en moins de 7 minutes

Crédits: Capture d'écran / Caltech / IPAC

Une équipe d’astronomes annonce la découverte d’un duo d’étoiles étonnant. Situés à 7 800 années-lumière, les deux objets se tournent autour en moins de sept minutes. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Nature.

Une étoile de type solaire, à mesure que son carburant s’épuise, se gonfle peu à peu en une géante rouge. Au terme de son évolution, une fois que toutes ses couches de gaz seront expulsées, il ne restera plus qu’un cadavre d’étoile : une naine blanche. Imaginez alors un objet d’une masse semblable à celle du Soleil, mais compacté en un diamètre comparable à celui de la Terre. Mais dans l’Univers, il arrive souvent que les étoiles évoluent par deux. Et si le timing le permet, deux étoiles peuvent alors se transformer en naines blanches, orbitant l’une autour de l’autre. Sur le papier, ces configurations semblent assez courantes, mais les astronomes ont rarement eu l’occasion d’en observer directement.

Une orbite en moins de 7 minutes

Une équipe de chercheurs utilisant l’observatoire de Palomar, en Californie, et l’observatoire de Kitt Peak, en Arizona, a récemment tenté d’identifier plusieurs candidats potentiels. Ils se concentraient plus précisément sur les binaires à courte période. Autrement dit, les étoiles qui tournent rapidement l’une autour de l’autre. Ces recherches les ont finalement conduits à la découverte de ZTF J1539 + 5027 (ou J1539), un système binaire à très, très courte période retrouvé à 7 800 années-lumière. Imaginez deux cadavres d’étoiles tournant l’une autour de l’autre en 6,91 minutes seulement. Ces deux objets sont si proches qu’ils pourraient tenir dans le diamètre de Saturne.

étoiles
Crédits : Caltech/IPAC

De possibles ondes gravitationnelles

La découverte est importante, d’autant que ces deux étoiles vont continuer de se rapprocher l’une de l’autre, tournant de plus en plus vite. Au point de former des ondes gravitationnelles qui pourraient potentiellement être détectées par la future mission LISA, dont le lancement est prévu en 2034. À l’instar de LIGO et de VIRGO, LISA est un détecteur d’ondes gravitationnelles, mais ce nouvel instrument aura la particularité de se placer non pas au sol, mais dans l’espace. Et de ne se concentrer que sur les fréquences les plus basses.

Il est également grisant de souligner que cette incroyable découverte n’impliquait qu’une petite partie des données récoltées par les observatoires. Pour cette étude, environ 10 millions de sources ont été scrutées. À terme, il est question de recueillir des informations sur plus d’un milliard d’étoiles. Cette nouvelle découverte est donc possiblement la première d’une longue série. De quoi envisager d’autres surprises à l’avenir.

Articles liés :

Ce système d’étoiles qui déconcerte les astronomes

Aucun signe de civilisation extraterrestre autour de ces 1 300 étoiles

Nous pourrions découvrir des exoplanètes grâce aux ondes gravitationnelles

Brice Louvet, expert espace et sciences

Rédigé par Brice Louvet, expert espace et sciences

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.