in ,

Ces applications de réalité virtuelle permettent de lutter contre la peur du vide

Crédits : PxHere

En France et au Royaume-Uni, des chercheurs ont élaboré des traitements pour vaincre la peur du vide. Il s’agit d’applications de réalité virtuelle dont une est dotée d’un avatar ayant pour mission d’accompagner progressivement le patient.

Rappelons tout d’abord que la peur du vide (acrophobie) est une vraie phobie, à ne pas confondre avec le vertige qui est un phénomène physiologique. Les personnes assujetties à cette phobie peuvent rencontrer des problèmes sérieux dans leur quotidien, car celles-ci sont effrayées par l’idée même de se retrouver sur un balcon ou de monter sur un escabeau, entre autres.

En France, une psychiatre et un chercheur en informatique du CNRS ont ensemble mis au point une application destinée à aider le patient à lutter contre la peur du vide (et la claustrophobie). Celle-ci baptisée My Reve nécessite tout de même la présence d’un suivi avec un psychiatre afin de surveiller et guider le patient dans son traitement.

Au Royaume-Uni, le professeur Daniel Freeman de l’Université d’Oxford a également élaboré une application VR avec son équipe. L’avantage par rapport à My Reve est que dans ce cas, le traitement se suffirait à lui-même et aucun suivi n’est prévu. En effet, un avatar est présent dans l’application, et ce dernier guide le patient en lui donnant des conseils et en l’accompagnant dans l’ascension d’une tour virtuelle.

Après six mois de travail ayant réuni programmeurs, scénaristes, psychologues et acteurs, l’application a été testée et les résultats ont été communiqués dans l’étude publiée le 11 juillet 2018 par la revue The Lancet Psychiatry. Une centaine d’adultes volontaires ayant peur du vide ont participé à cette expérience, et la moitié d’entre eux a utilisé le programme durant six séances de 30 minutes (sur deux semaines) tandis que l’autre moitié représentait le groupe témoin.

Selon les chercheurs, les volontaires ont du remplir un questionnaire destiné à communiquer et évaluer leur peur du vide sur une échelle de 16 à 80 avant l’utilisation du programme, juste après l’avoir utilisé et deux semaines plus tard. Chez la plupart des patients ayant utilisé le programme, la peur a chuté de moitié alors que les membres du groupe témoin ont gardé leur peur intacte.

En revanche, aucune mesure n’a été effectuée sur le long terme et il est difficile de savoir si le traitement est réellement efficace. Il apparaît que l’absence de suivi peut être problématique. Les chercheurs ont affirmé s’appuyer sur des études antérieures ayant démontré que la réduction de l’anxiété par l’utilisation de la VR pouvait prendre des années.

Sources : Sciences et AvenirDailly Geek Show

Articles liés :

La réalité virtuelle peut-elle soigner nos problèmes mentaux ?

Qu’est-ce que la nomophobie, cette peur obsessionnelle d’être séparé de son mobile

Phobies : y a-t-il réellement des personnes ayant une peur panique des plantes ?