in

Pourquoi certaines personnes sont allergiques à la musique

Crédits : Pixabay / Foundry

Il s’avère qu’une partie de la population est atteinte de ce que l’on appelle l’anhédonie musicale. Ces personnes ne sont pas des personnes insensibles en général, mais l’explication est d’ordre neurologique.

« Moi la musique, tu sais…. »

Cette phrase, certains d’entre vous l’ont peut-être déjà entendu sortir de la bouche d’un ami ou d’un membre de la famille. Bien que cela soit très étonnant, certaines personnes n’aiment pas la musique (peu importe de quel style) et y sont insensibles. Cela n’a clairement rien à voir avec leur personnalité.

En réalité, ces personnes sont atteintes par une maladie cérébrale nommée anhédonie musicale et leur nombre représente entre 3 et 5 % de la population. Il s’agit d’une absence de lien entre les régions du cerveau traitant le son et celles de la récompense.

En 2014, une étude publiée dans la revue Current Biology avait été menée en collaboration entre l’Université de Barcelone et l’Univesité McGill de Montréal (Québec). Celle-ci avait identifié pour la toute première fois ce problème. Un questionnaire avait même été mis à la disposition des internautes désirant évaluer leur niveau de sensibilité à la musique.

De nouveaux résultats ont été publiés par la même équipe de chercheurs le 4 janvier 2017. Un total de 45 volontaires ayant été déclarés « insensibles à la musique » ont été placés dans un appareil IRM et ont écouté plusieurs artistes comme Beethoven ou encore la bande originale du film Les Choristes.

Les résultats sont sans appel : l’activité de la zone du cerveau en lien avec la récompense diminuait à l’écoute de la musique, alors que celle-ci fonctionne très bien dans d’autres cas comme un gain d’argent après un pari. D’autres personnes testées s’estimant sensibles à la musique voyaient plutôt leur activité cérébrale augmenter de manière plus importante que pour le gain d’argent dans la zone concernée.

Ainsi, il semble que le processus de récompense ne suit pas un chemin tout tracé dans notre cerveau. Ces recherches ont permis d’identifier et d’expliquer l’anhédonie musicale, mais devraient aussi se montrer pertinentes dans le cadre de l’explication d’autres maux tels que l’autisme, la dépression ainsi que d’autres problèmes d’ordre cognitifs.

Sources : ViceKonbini