in

Certaines couleurs peuvent nous rendre plus altruistes

Crédits : Rachelg3434/Pixabay

Une récente étude suggère que la couleur bleue pourrait nous rendre plus altruistes, et le rouge plus égoïstes.

Les comportements altruistes (donner sans rien espérer en retour) font l’objet de plus en plus d’études scientifiques. Des recherches ont par exemple suggéré que ces actions désintéressées pouvaient entraîner la libération de dopamine dans le cerveau, renforçant le sentiment de bien-être. Récemment, des chercheurs ont également constaté que le fait de faire preuve d’altruisme pouvait atténuer la sensation de douleur physique.

Outre les effets de l’altruisme sur la physiologie humaine, certains chercheurs s’intéressent aux facteurs environnementaux qui pourraient influencer nos motivations. Les chercheurs de l’Université de Nanjing, en Chine, se sont récemment focalisés sur les couleurs qui nous entourent. Peuvent-elles, ou non, avoir un effet significatif sur notre volonté d’aider les autres ?

Une étude antérieure avait déjà évoqué l’idée. Ces travaux, publiés en 2012, avaient en effet révélé que lors de ventes aux enchères, un acheteur potentiel placé devant un arrière-plan rouge était plus susceptible de faire des propositions agressives. Et à l’inverse, un acheteur placé devant un panneau bleu était plus susceptible de faire des enchères moins agressives.

Le bleu nous rend plus altruistes

Pour cette nouvelle étude, publiée dans la revue Frontiers in Psychology, les chercheurs ont demandé à des volontaires de regarder un écran d’ordinateur avec un fond rouge ou bleu, avant de participer à un jeu de hasard impliquant des paris.

En fonction de ces paris, les chercheurs ont ensuite pu déterminer si les sujets prenaient des décisions “basées sur des attributs” – motivées par l’opportunité d’un résultat particulier – ou des décisions “basées sur des alternatives”, beaucoup plus risquées.

Selon l’étude, les participants étaient alors plus susceptibles de prendre des décisions “basées sur des attributs” après avoir regardé un écran bleu. Et, à l’inverse, les sujets prenaient davantage de risques dans la prise de décision après avoir regardé un écran rouge.

Juste après avoir terminé l’expérience, les participants ont ensuite été amenés à regarder des photos d’enfants défavorisés. Les chercheurs leur ont alors demandé de faire un don à un organisme de bienfaisance capable de les scolariser.

Résultat : ceux qui avaient vu un écran bleu étaient beaucoup plus susceptibles de faire un don que ceux qui avaient vu un écran rouge.

altruisme altruiste
Crédits : skeeze/Pixabay

Mieux “vendre” l’altruisme (ou l’égoïsme)

Le schéma de prise de décision jouerait donc un rôle de médiateur dans le lien entre les couleurs et les comportements altruistes. La couleur bleue induirait un mode d’analyse des informations basé sur des attributs, conduisant ensuite à des niveaux d’altruisme plus élevés. À l’inverse, le rouge encourage l’égoïsme en générant des modes de cognition plus alternatifs.

Ces résultats, disent-ils, pourraient être utilisés par des marques ou organismes dans le but de promouvoir leurs services. Par exemple, une association devrait s’appuyer sur le bleu dans le but d’obtenir plus de dons. Et à l’inverse, une marque ou entreprise voulant convaincre les consommateurs de dépenser plus pour eux-mêmes devrait se tourner vers le rouge.

Notez que les couleurs peuvent ne pas être le seul facteur environnemental capable d’influencer nos comportements altruistes. Selon une étude publiée l’année dernière dans la même revue, il semblerait aussi qu’en étant exposés à des images de super-héros, véritables exemples moraux, les individus soient plus enclins à aider les autres.

Source

Articles liés :

Les enfants de familles non-croyantes seraient plus altruistes

De quelle forme d’altruisme faites-vous preuve ?

Est-il possible de trouver l’altruisme dans la nature ?