in ,

Celui qui voulait créer une véritable machine à voyager dans le temps

Crédits : Lightstargod/Pixabay

Le professeur Ronald L. Mallett est un physicien qui n’a qu’un seul rêve : voyager dans le temps. Après avoir publié de premiers travaux proposant que la lumière pouvait déformer l’espace-temps, il a mis au point un dispositif permettant de tester sa théorie.

Ronald Mallett n’a que 10 ans lorsque son père, âgé de 33 ans, est terrassé d’une crise cardiaque. L’immense vide créé par le choc de cette perte va pousser Mallett à devenir l’un des physiciens les plus respectés de son temps en théorie de la relativité et en physique quantique. Avec un seul but : retourner dans le passé pour revoir son père et l’empêcher de fumer deux paquets de cigarettes par jour. Il se met alors en tête de développer sa propre machine à remonter le temps.

On sait aujourd’hui qu’en théorie, l’espace-temps n’est pas une ligne droite, mais une courbe, et les objets massifs tels que les planètes influent sur la courbe. C’est d’ailleurs sur cette théorie que se fondent certains scientifiques pour expliquer les révolutions des astres dans l’espace (exemple : la Terre autour du Soleil). Pour faire simple, lorsqu’un objet massif disparaît (une étoile), il se repli sur lui-même à l’infini, créant un effondrement gravitationnel. C’est un peu le principe du siphon, l’astre s’attire vers son centre et attire tout ce qui se trouve dans son champs d’action, même la lumière : c’est un trou noir. Ces trous noirs seraient alors des raccourcis vers des points très éloignés de l’Univers, puisque leur masse négative, égale ou supérieure à la masse de l’étoile vivante, courbe également l’espace-temps.

Linkedin
Crédits : Linkedin

L’idée émise par Ronald Mallett, serait alors de recréer l’effet du trou noir et tenter, grâce à des lasers, de courber l’espace-temps afin de former une boucle qui permettrait de voyager dans le temps. La machine de Ronald et Chandra se présente donc sous la forme d’anneaux de laser placés les uns au-dessus des autres. À l’intérieur, dans un milieu vide, vous retrouverez un neutron qui, selon nos deux physiciens, pourra être observé en train de s’agiter si l’espace-temps est bel et bien tordu par les lasers en ce point.

Pour imager, imaginez que vous avez une tasse de café (espace vide), et une cuillère (le rayon lumineux qui circule). Lorsque vous remuez le café avec la cuillère, le café — ou l’espace vide — se déforme. Supposons que vous mettez un morceau de sucre, qui joue ici le rôle du neutron, dans le café. Si l’espace vide se déformait, vous seriez capable de le détecter en observant une particule subatomique se déplacer dans l’espace.

Le problème, c’est que pour le moment, le neutron ne semble pas s’agiter. L’aventure temporelle n’est donc pas pour demain, mais l’homme travaille sans relâche. Et même si l’on peut se questionner sur la réelle faisabilité, et utilité, d’un tel projet, on a quand même le droit de rêver. N’est-ce pas Doc ?

Sources : Bloomberg, Maxiscience