in

Ce tank autonome a parcouru pas moins de 30 km en Sibérie !

Crédits : Russian Foundation for Advanced Research Projects

Une agence gouvernementale russe et une société locale ont collaboré à la création d’un tank capable de se déplacer sans pilote. Or, le parcours n’était pas connu à l’avance. Celui-ci comportait alors de nombreux obstacles et était couvert de neige. Pour les responsables, ce tank signe le développement futur de véhicules militaires autonomes.

Sur le terrain sans préparation

Marker est un tank autonome créé en Russie et présenté par la Russian Foundation for Advanced Research Projects. Une société russe a collaboré au projet, à savoir Android Technics. Cette dernière est d’ailleurs à l’origine du développement du robot FEDOR, ayant rejoint la Station spatiale internationale (ISS) en août 2019. Il s’agissait d’un test dans le cadre d’un projet plus large visant à envoyer des robots sur la Lune.

Comme l’explique Defense Blog dans un article du 30 décembre 2020, le tank Marker a récemment parcouru 30 kilomètres lors d’un test dans la région de Tcheliabinsk, en Sibérie occidentale. Or, ce prototype a effectué seul un trajet non prévu à l’avance. Effectivement, la zone de test n’avait fait l’objet d’aucune préparation. L’environnement était alors caractérisé par une steppe forestière recouverte de neige et présentant de nombreux obstacles : des ravins, des buissons, des montées, et bien sûr les arbres.

tank russe autonome
Le tank Marker a plusieurs configurations possibles.
Crédits : Russian Foundation for Advanced Research Projects

En juin 2020, l’agence de presse russe TASS évoquait déjà cet engin. Toutefois, les chercheurs avaient affirmé vouloir poursuivre leur travail sur l’autonomie du Marker. À ce moment-là, la capacité la distance de contrôle de l’opérateur ne dépassait pas les 5 km.

Un projet plus ambitieux

Selon les responsables, le système autonome de contrôle des mouvements de Marker a tout d’abord reçu un plan avec un itinéraire et des coordonnées concernant les points de départ et d’arrivée. Finalement, ce même système autonome a mené le tank jusqu’à l’arrivée – en une heure et demie – en utilisant les données des systèmes de vision basés sur des algorithmes d’apprentissage automatique. Toutefois, il faut savoir que le Maker n’est qu’un prototype. Selon les chercheurs, l’engin semble toutefois avoir un avenir tout tracé. En effet, ils désirent en faire une sorte de plateforme modulaire dans le but d’obtenir des “véhicules-pilotes”.

Il est question de véhicules militaires autonomes pouvant incarner, selon les responsables – des possibilités nouvelles sur les champs de bataille. Néanmoins, leur développement est en constante augmentation alors que la réglementation en cours concernant ces engins est assez vague. Afin d’y remédier, il serait par exemple possible d’implémenter les règles de droit international humanitaire directement dans la machine.